Plus de résultats
En ce moment
Kan Ya Mkan

Moulay Abdellah Amghar: Derrière le Moussem folklorique, un des plus grands pôles du soufisme

Moulay Abdellah Amghar est le Saint patron d’El-Jadida et la région de Doukkala. Son sanctuaire, situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville, est devenu une commune portant son nom. Grâce à son Moussem, annuel, son mausolée connait une forte affluence. L’atmosphère mystique de ce lieu chargé de spiritualité a petit a petit cédé la place à l’ambiance de fête dans un lieu de vacances : tentes de campings, Numéros de Tbourida (Fantasia, art équestre inspiré de la tradition berbère la chasse et de la guerre), nombreux stands de souk populaire et soirées musicales… Malgré le changement des intentions et des mentalités, l’engouement pour cette destination reste pourtant intact… Les détails dans ce numéro de Ka Ya Mkan du samedi 19 Septembre à voir ou revoir en Replay.

 

De toute la puissante lignée des «Chorfas» (descendants du Prophète) «Amghariyines», Abou Abdilllah Mohammed Al Amghari, communément appelé Moulay Abdellah Amghar (chef de la tribu), est le Saint soufi le plus influent.

Bien que la forteresse maritime de Tît «Aïn El Fitr» ou «Titnefetr» (Ribat Tît), (actuelle commune de Moulay Abdellah) ait existé avant l’avènement des «Amghariyines», le site amazighe n’est devenu célèbre qu’après la construction du sanctuaire qui servit de lieu de résidence des descendants de la tribu et confrérie amazighe (berbère) dont Abou el Fida Jaâfar Ismaïl, Abou Ishaq Jaafar, Abou Abdilllah Mohammed Amghar et Abou Yacoub Youssouf …

Le « Rîbat » de Tit devint un lieu mystique empreint de spiritualité en raison du départ des convois de pèlerinage des «Amghariyines» qui en firent une zaouïa du soufisme.

Fils et disciple du Fakih Sidi Jaâfar Abou Ishaq chargé de l’enseignement religieux au «Rîbat» d’AYIIR (Entre Oualidia et SAFI), Moulay Moulay Abdellah Amghar devient un érudit et fin connaisseur des préceptes du Coran.

On rapporte que les conquérants almoravides en provenance de Marrakech, avant de livrer leurs batailles, faisaient escale au Ribât de Tit pour obtenir la «Baraka» (gratifications), se recueillir et bénéficier des «Douaes» et invocations des cheikhs pieux d’Amghar.

Le Rîbat des Amghariyines fut alors considéré comme l’un des plus grands pôles de soufisme au Maghreb al âqsa au XVeS qui contribua à la diffusion de la mystique musulmane à travers la formation en science des religions et théologie, des disciples soufis qui créèrent leur propre «Tariqâ» (confrérie) à l’image de la Tariqa al Jazoulia Chadilia.

Les contenus liés

Les articles à la une