Plus de résultats
En ce moment
Tanger : Suivi de la mise en oeuvre du protocole territorial de prise en charge…
Violences

Tanger : Suivi de la mise en oeuvre du protocole territorial de prise en charge des femmes victimes de violences

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

Une rencontre de coordination pour le suivi de la mise en oeuvre du protocole territorial de prise en charge des femmes victimes de violences s'est tenue, mercredi 16 juin à Tanger, en présence du président du Ministère public, El Hassan Daki, de responsables judiciaires, ainsi que de représentants des ministères concernés par le protocole et de la société civile.

Dans une allocution à cette occasion, M. Daki a indiqué que cette rencontre de coordination revêt une grande importance car elle s’inscrit dans le cadre des orientations du Royaume, et intervient en application des Hautes Instructions Royales visant à renforcer la place de la femme marocaine, réaliser l’égalité et atteindre la parité en tant que choix constitutionnel.

Cette rencontre vise à assurer le suivi de la mise en oeuvre du protocole territorial de prise en charge des femmes victimes de violences, qui s’inscrit dans le sillage des engagements de la Déclaration de Marrakech pour mettre fin à la violence contre les femmes, signée lors d’une cérémonie présidée par SAR la Princesse Lalla Meryem, a expliqué M. Daki, notant qu’il s’agit de généraliser le contenu de ce protocole, lancé dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, au niveau du Ministère public.

Le Ministère public entend prendre, aux côtés de ses partenaires, l’ensemble des mesures nécessaires à la mise en oeuvre des dispositions de ce protocole, dans le dessein de réaliser les objectifs du Royaume en termes de consolidation de la place de la femme, ainsi que de respect et de protection de ses droits, conformément aux Hautes Instructions Royales, et ce afin de garantir la dignité de la femme et d’atteindre l’égalité au sein de la société marocaine, a-t-il ajouté.

SAR la Princesse Lalla Meryem n’a eu de cesse d’exhorter à rejeter la violence contre les femmes, en diffusant une culture de non-violence au sein de la société et en appelant à en combattre les causes, a-t-il poursuivi, évoquant le lancement, le 8 mars 2019, de la plateforme "Kolonamaak" (Tous avec toi), dédiée à l’écoute des femmes.

SAR la Princesse Lalla Meryem avait également présidé, le 8 mars 2020, la cérémonie de célébration de la Journée Internationale de la Femme, durant laquelle a été signée la Déclaration de Marrakech, qui a pour but de lutter contre les violences à l’égard des femmes et de réaliser la convergence effective des efforts sectoriels en matière de prise en charge des femmes victimes de violences et des initiatives lancées dans ce sens, a rappelé le président du Ministère public.

Par ailleurs, M. Daki a aussi mis l’accent sur la nécessité de déployer davantage d'efforts pour remplir les obligations constitutionnelles et juridiques en la matière, et appliquer les Hautes Instructions contenues dans le message Royal adressé aux participants à la 2-ème édition du sommet annuel de l’Initiative "Women in Africa", dans lequel le Souverain a affirmé que "dans sa marche vers le développement, l’Afrique est appelée à exploiter de façon optimale toutes ses potentialités, plus particulièrement son capital immatériel, et à valoriser ses compétences, notamment celles des femmes, compte tenu de leur grand potentiel et de leurs capacités remarquables".

Pour sa part, la coordinatrice générale de la Déclaration de Marrakech, Amina Oufroukhi, a indiqué que cette rencontre est l’occasion de se pencher sur les initiatives mises en oeuvre dans le cadre du déploiement du protocole, lancé à Tanger et appliqué sur l’ensemble de la région.

Le but de cette rencontre est d’assurer le suivi et l’évaluation de ce qui a été réalisé en la matière, et de s’arrêter sur les points positifs, ainsi que sur les lacunes potentielles du protocole, et ce avec la perspective de généraliser cette initiative au niveau des autres régions du Royaume, notamment suite à la publication de la circulaire du président du Ministère public, appelant les procureurs généraux du Roi et les procureurs du Roi à adopter ce protocole dans tous les tribunaux, tout en coordonnant les efforts et en travaillant de manière participative pour combattre les violences à l’égard des femmes et améliorer les mécanismes mis en place pour la prise en charge des victimes, a-t-elle fait savoir.

Les participants à cette rencontre ont mis en avant la nécessité d’identifier de manière précise les besoins urgents des femmes victimes de violences et de leur permettre de bénéficier immédiatement des services mis à leur dispositions dans les domaines de la justice, de la santé et de l’accompagnement social, tout en les aidant à surmonter les difficultés à prouver la violence subie.

Ils ont aussi appelé à placer la prise en charge des femmes victimes de violences en tant que priorité des politiques sectorielles visant à combattre les violences à l’égard des femmes, et de mobiliser l’ensemble des ressources matérielles et humaines nécessaires à cet effet.

Il est à noter que parmi les engagements de la Déclaration de Marrakech pour mettre fin à la violence contre les femmes, figure l’élaboration d’un protocole territorial au niveau régional et local pour renforcer la prise en charge des femmes victimes de violence, coordonné par la présidence du Ministère public, tandis que l’ensemble des parties signataires se sont engagées pour adhérer à sa mise en oeuvre conformément aux pouvoirs juridiques qui leurs sont conférés par la loi n°103-13, relative à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Ce protocole a été élaboré en partenariat et en coordination avec le ministère de la Santé et le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Egalité et de la Famille, et a été lancé le 15 mars dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

La présidence du Ministère public avait ainsi appelé les procureurs généraux du Roi et les procureurs du Roi dans la région à mettre en oeuvre les dispositions du protocole et à mobiliser l’ensemble des ressources nécessaires pour ce faire, en coordination avec les différentes parties prenants, tout en veillant à tenir des réunions régulières des commissions de coordination et à appliquer les recommandations émises.

 

Les contenus liés

Les articles à la une