Plus de résultats
En ce moment
L’auteure-compositrice Jihane Bougrine dévoile les dessous de son nouveau singl…
Musique

L’auteure-compositrice Jihane Bougrine dévoile les dessous de son nouveau single ‘’Serek F’Bir’’(Interview)

L’auteure-compositrice et interprète Jihane Bougrine vient de sortir un nouveau single intitulé « Serek F’Bir », extrait du second album « Lyam ». Contactée par 2M.ma, Jihane Bougrine nous dévoile les dessous de ce nouvel opus ainsi que ses projets à venir. Interview.

 

« Serek F’Bir », pourquoi le choix de ce titre pour votre récent single?

Cela part d'une expression que ma grand-mère utilisait et qui m'a toujours fasciné. Ne pas révéler les secrets a fait partie de notre éducation, mon frère et moi, c'était primordial. Je savais que je voulais un titre autour de cette expression pleine de sens. J’avais déjà l’envie d’écrire sur le poids des secrets, dans une société où l’on ne communique pas beaucoup, où l'on peut cacher des choses, se cacher tout court. Être un autre ou une autre pour passer inaperçu ou être comme tout le monde. Je me suis posée cette question de s’ouvrir à l’autre et quelles en seraient les conséquences. Est-ce que cela peut sauver de l’inévitable ou pas ? C’est une chanson que j’ai écrite il y a quelques années, quand je suis tombée sur un ouvrage de Mohamed Leftah qui dépoussiérait un secret de famille. Ce fut un choc.

En tombant sur l’histoire de mon oncle décédé quand ma mère avait tous justes 10 ans, dans des circonstances qui m’ont toujours paru louches, je découvrais la vérité sur un secret qui lui a été fatal. Un livre m’a rapproché de lui. Il a parlé à cette nièce qu’il n’a jamais connue. Je voulais lui rendre hommage à travers cette chanson et à travers un clip où je serai à la fois une ombre du passé qui aurait pu le conforter à l’époque, ou cette chanteuse du futur, qui promet de faire passer le message et de faire raisonner son histoire.

 

«Serek F’Bir» est votre récent single, extrait du second album  ''Lyam ''. Que pouvez-vous nous dire sur cet opus ?

C’est une chanson qui est dans la continuité du premier album. Je passe d’un son acoustique assumé, à un son un peu plus électro acoustique pour explorer autre chose, faire voyager mes textes en darija différemment. Vu l’importance de cette chanson pour moi, je voulais la raconter autrement, lui donner vie à travers l’image, à travers un visage fort et plein d’humanité : Assaad Bouab qui est pour moi un acteur incroyable, un des meilleurs de sa génération.

Il m’a fait l’honneur de porter le poids de cette chanson sur ses épaules avec grâce et générosité . Je tenais à ce que ce soit un homme, puisqu’il s’agit de l’histoire des hommes de ma famille. Pour sublimer cet acteur au supplément d'âme, il fallait un réalisateur au supplément d'âme. Je tenais à avoir de belles images qui ont du sens orchestrées par un conteur d’histoire comme Julien Fouré.

Ce sont deux artistes et amis, que je respecte beaucoup et avec qui je voulais travailler depuis longtemps. Tourner à Essaouira, ma ville porte bonheur et la terre où ma grand-mère a laissé beaucoup de fantômes, avait du sens aussi.

 

 

Quelles ont été vos influences et inspirations pour ce dernier single ?

Je ne réfléchis pas forcément aux influences quand j’écris. Je mets en texte et en chanson, une envie, un besoin, à la guitare. Et je me laisse aller. Cela ne donne pas toujours de bons résultats ! C'est souvent n'importe quoi (Rires). Mais des fois, des morceaux ressortent, des miracles apparaissent. Cette chanson était une évidence.

"Lyam" est un parcours d'évidences, une plongée nostalgique dans le passé , une rétrospection pour mieux appréhender le futur. J’ai écrit cet album pendant le confinement. Ce sont des questions sur soi, sur l’identité, sur les racines, sur le bien-être et la santé mentale. Je mets des mots sur ce que je ressens, tout simplement. C’est sûrement bateau, mais la musique est une véritable thérapie. Je reste persuadée qu’elle m’a sauvé de la folie.

Quels sont vos projets à venir ?

Avec tout ce qui s’est passé j’ai envie de dire : vivre et profiter du moment présent. On a un album à terminer, travailler un maximum avec mes musiciens adorés et retrouver la magie de la scène. On ne sait toujours pas quand mais on espère. Les beaux jours sont là, le plus dur est passé. Je pense qu’on sera plus heureux de se retrouver, de jouer, de chanter, de danser ensemble… La vie aura un goût meilleur. C’est certain !

 

Les contenus liés

Les articles à la une