Plus de résultats
En ce moment
Le Conseil de la concurrence et l'ACAPS scellent une convention de coopération
assurances

Le Conseil de la concurrence et l'ACAPS scellent une convention de coopération

2M.ma avec Map2M.ma avec Map

Une convention de coopération a été signée, jeudi à Rabat, entre le Conseil de la concurrence et l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) en vue de l'instauration d'un cadre de concertation autour des problématiques de régulation concurrentielle dans le secteur des assurances.

Signée par le président du Conseil de la concurrence, Ahmed Rahhou, et le président par intérim de l'ACAPS, Othman Khalil El Alamy, cette convention s'inscrit dans le cadre de la volonté des deux parties de créer une dynamique de coopération fondée sur une base formalisée garantissant l'effectivité et la pérennité de leurs actions communes, pour une bonne gouvernance, conformément au cadre légal régissant les deux institutions.

A cette occasion, M. Rahhou a relevé que le but de cette convention est de créer un cadre de collaboration allant de l'échange de l'information à l'organisation de manifestations communes, permettant d'asseoir des visions communes sur les problématiques touchant les règles de la concurrence et la protection du consommateur dans les secteurs soumis au contrôle de l'ACAPS.

Il a, en outre, souligné qu'à travers ce partenariat, les deux parties œuvreront à initier des actions de sensibilisation et d'accompagnement des opérateurs du secteur des assurances, afin de favoriser le respect des meilleures normes et pratiques concurrentielles.

De son côté, M. El Alamy, s'est dit fier de pouvoir collaborer avec le Conseil de la concurrence notamment en matière d'échange et de partage permanent d'informations et d'expertise entre les deux institutions respectives concernant les sujets d'intérêt commun.

L'ACAPS, a-t-il dit, s'assigne avant tout pour mission de protéger les consommateurs et veiller à "ce que les pratiques commerciales ne soient pas en défaveur des assurés, et bien évidemment la concurrence fait partie de ces aspects-là".

Et de soutenir que l'idée étant de pouvoir collaborer et échanger dans un cadre plus structuré permettant le respect de l'ensemble de la réglementation en vigueur.
 

Les contenus liés

Les articles à la une