Plus de résultats
En ce moment
Economie

Fiscalité/ Sortie du Maroc de la "liste grise" de l'UE : Les explications de M. Benchaâboun dans Infosoir (vidéo)

2M.ma2M.ma

Le Maroc fait partie des pays qui se sont engagés à mettre en conformité leurs systèmes fiscaux avec les normes mondiales de bonne gouvernance fiscale. Grâce aux réformes engagées en la matière, le Royaume est sorti défintivement de la "liste grise" de l'Union Européenne

"Cette décision était attendue depuis un certain temps, d'autant plus que le Maroc a entrepris énormément d'efforts dans ce sens dans le cadre d'une coopération très rapprochée avec nos collègues de la Commission Européenne et du Conseil de l'Union Européenne, mais également avec l'OCDE", a commenté le ministre de l'Économie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun.

Intervenant en duplex dans Infosoir du lundi 22 février, M. Benchaâboun a estimé que "c'est une excellente nouvelle pour le Maroc et pour les opérateurs économiques, notamment les exportateurs, et les établissements financiers",et  que la décision "ouvre le champs à une coopération plus renforcée avec nos partenaires économiques et commerciaux que sont les pays de l'Union Européenne". 

Revenant sur ce processus, le ministre a rappelé que l'UE a posé les règles de bonne gouvernance fiscale en 2017, et a identifié un certain nombre de pratiques fiscales considérées comme dommageables, c'est à dire qui nuisent à une concurrence saine entre pays à cause du "dumping fiscal". Les zones où ce dumping est pratiqué, "ou ce qu'on appelle communément des paradis fiscaux, permettent de ne pas avoir une relation directe entre une activité réelle et la facturation qui est établie par les sociétés" qui l'exercent, explique le ministre.

Le Maroc a ainsi collaboré avec l'UE pour "avoir une lecture commune de ces nouvelles règles" et pour "essayer d'évaluer, de manière précise, les impacts sur les plans économiques, financiers et social de chacune de ces mesures pour défendre au mieux les intérêts des opérateurs de notre économie", a rajouté M. Benchaâboun. 

Le ministre est également revenu sur les efforts fournis par le Maroc pour sortir de la liste grise de l'UE, notamment au volet des activités manufacturières et de service, ainsi que sur l'intégration d'un certain nombre de dispositions dans la Loi de Finances 2020 et celle de 2021 qui permettent de se mettre au diapason "de ce qui se fait de mieux" en termes de pratiques fiscales.

Retrouvez l'intervention de Mohamed Benchaâboun dans son intégralité dans cet extrait.

Les contenus liés

Les articles à la une