Plus de résultats
En ce moment
Equivalence des Certificats Covid Maroc-UE : L'éclairage d'Adalbert Jahnz, port…
Covid-19

Equivalence des Certificats Covid Maroc-UE : L'éclairage d'Adalbert Jahnz, porte-parole de la Commission Européenne

I.E.MI.E.M
Modifié le

La Commission européenne a décidé, mercredi, d’établir l’équivalence des certificats Covid-19 délivrés par le Maroc avec ceux de l’Union européenne (UE).

«Aux fins de faciliter l’exercice du droit à la libre circulation au sein de l’Union, les certificats Covid-19 de vaccination et de test délivrés par le Royaume du Maroc conformément au système SGC’Cov sont considérés comme équivalents à ceux délivrés conformément au règlement (UE) 2021/953», lit-on dans le texte de la décision européenne.

Dans une déclaration accordée à Radio 2M,  le porte-parole de la Commission Européenne aux Affaires Intérieures, Adalbert Jahnz, explique qu'en vertu de cette décision, «le pass (vaccinal) marocain est reconnu comme valide dans l'Union Européenne, c'est à dire comme prouvant, de la même manière que le certificat Covid de l'UE, le statut (sanitaire) de la personne qui détient ce certificat marocain».

 

 

Toujours selon M. Jahnz, "une personne qui présente le certificat marocain sera reconnue comme vaccinée, soit ayant récupéré de la maladie, soit ayant eu un test négatif au covid-19, au même titre que les personnes détenant un certificat européen". En effet, le règlement (UE) 2021/953 établit un cadre pour la délivrance, la vérification et l’acceptation de certificats Covid-19 interopérables de vaccination, de test et de rétablissement aux fins de faciliter l’exercice, par leurs titulaires, de leur droit à la libre circulation pendant la pandémie de Covid-19.

Quid du vaccin Sinopharm?

L'annonce de cette décision a soulevé des questions autour du statut des personnes ayant reçu le vaccin Sinopharm, ce vaccin n'étant pas homologué, à ce jour, par l’Agence européenne du médicament (EMA).

En effet, cette reconnaissance n'exempt pas les voyageurs de s'assujettir aux règles d'entrée imposées de manière distincte par chaque pays de l'Union, dont la décision prise "individuellement" par chaque état membre de reconnaitre (ou non) le vaccin Sinopharm, informe M. Jahnz.

Ainsi, "la décision d'équivalence prise aujorud'hui fait que les états membres de l'UE ont la preuve que la personne est bien vaccinée mais, même avec cette preuve là, si le vaccin ne fait pas partie de ceux reconnus par l'Union Européenne, ce sera à chaque état membre de voir si cette preuve est suffisante pour laisser la personne accéder à son territoire", explique-t-il. 

 

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une