Plus de résultats
En ce moment
Vaccination anti COVID-19

Equivalence des certificats Covid Maroc-UE: Le décryptage de Fathia Elaouni, rédactrice en chef de Radio 2M (vidéo)

2M.ma2M.ma

La Commission Européenne a décidé, mercredi 15 septembre, d’établir l’équivalence des certificats Covid-19 délivrés par le Maroc avec ceux de l’Union Européenne (UE). Suite à cette annonce, la confusion a régné dans les rangs des voyageurs potentiels à destination des pays de l'UE, sachant que certains territoires de l'Union ne reconnaissent pas certains vaccins contre le Sars-Cov-2, dont le vaccin de Sinopharm largement utilisé dans la campagne de vaccination au Royaume.

D'abord, le seul fait d'établir cette équivalence "est une très bonne nouvelle" selon Fathia Elaouni, rédactrice en chef de Radio 2M. "Cela veut dire que notre pass est non seulement accepté et jugé des plus crédibles au même titre que le pass européen, cela veut dire aussi qu'on est au même niveau de technologie que l'Europe. C'est tout de même une belle consécration du système de santé mis en place par les autorités marocaines", explique-t-elle sur le plateau d'Infosoir dans son édition du 15 septembre.

Est-ce que cela veut dire que tous les vaccins administrés au Maroc sont reconnus de fait avec le pass, en l'occurence le vaccin de Sinopharm? La réponse est non. L'équivalence des documents n'exempt pas les voyageurs de s'assujettir aux règles d'entrée imposées de manière distincte par chaque pays de l'Union, dont la décision prise individuellement par chaque état membre de reconnaitre (ou non) le vaccin reçu par le voyageur.

Pour clarifier encore plus la question, la journaliste assimile le pass vaccinal à un passeport, et les conditions d'accès au territoire de chaque pays de l'Union à un visa. "Vous avez votre passeport, un passeport biométrique reconnu partout, mais si vous n'avez pas de visa, vous ne pouvez pas accéder à un territoire donné", explique-t-elle, en illustrant cet exemple avec les disopsitions entreprises par deux pays : l'Espagne, qui reconnait le vaccin Sinopharm, et la France qui ne le reconnait pas pour le moment.

Retrouvez l'éclairage de Fathia Elaouni dans son intégralité dans cet extrait.

Les contenus liés

Les articles à la une