Plus de résultats
En ce moment
Des scientifiques participent à une expérimentation de vaccin contre la Covid-1…
Coronavirus

Des scientifiques participent à une expérimentation de vaccin contre la Covid-19, en se portant volontaires!

DR
2m.ma2m.ma

À l’aide d’outils de laboratoire simples, un groupe de scientifiques a "bricolé" son propre vaccin contre la Covid-19 et au lieu de passer par les procédures habituelles pour les essais, ces scientifiques le testent sur eux même.

Le groupe de scientifique s’appelle le Rapid Deployment Vaccine Collaborative (Radvac), il est dirigé par le célèbre généticien de Harvard George Church. 
Aucune grande entreprise, aucune réunion du conseil d’administration, aucun versement d’un milliard de dollars de l’Opération Warp Speed (le programme de financement des vaccins covid-19 du gouvernement américain), aucune donnée animale, aucune approbation éthique. Ce vaccin passe entre les mailles de système.

Alors que près de 200 vaccins contre la covid-19 sont en cours de développement et une trentaine de vaccins en sont à différents stades de tests sur l’homme, le vaccin du Radvac est la première initiative de vaccin « science citoyenne ». Une vingtaine de chercheurs, technologues ou passionnés de science, dont beaucoup liés à l’Université de Harvard et au MIT, se sont portés volontaires en tant que cobayes volontaires une inoculation à faire soi-même contre le coronavirus. Ils disent que c’est leur seule chance de devenir immunisés sans attendre un an ou plus pour qu’un vaccin soit officiellement approuvé.

Les doses sont envoyées par la poste, il ne reste plus qu’à mélanger les ingrédients et le vaporiser au niveau des voies nasales. 
 

George Church explique au MIT Tech qu’il n’est pas sorti de chez lui depuis cinq mois, mais il pense que ce vaccin est extrêmement sûr. « Je pense que nous courons un risque beaucoup plus grand avec le covid compte tenu du nombre de manières de l’attraper et la variabilité des conséquences ».

Les Centers for Disease Control des États-Unis ont récemment rapporté que jusqu’à un tiers des patients testés positifs au covid-19 ne sont pas hospitalisés et combattent les symptômes pendant des semaines, voire des mois après avoir contracté le virus. « Je pense que les gens sous-estiment fortement cette maladie », estime Church.
Aussi inoffensif que puisse être le vaccin expérimental, la question de savoir s’il est efficace reste en suspend.

Début juillet, Radvac a publié un livre blanc détaillant son vaccin que tout le monde peut copier. Il y a quatre auteurs nommés sur le document, ainsi qu’une douzaine d’initiales de participants qui restent anonymes, certains pour éviter l’attention des médias et d’autres parce qu’ils sont des étrangers aux États-Unis avec des visas.


Le vaccin Radvac est-ce qu’on appelle un vaccin « sous-unitaire », car il se compose de fragments de l’agent pathogène, des peptides, qui sont de petits fragments de protéines qui correspondent à une partie du coronavirus et ne peuvent pas causer de maladie.

Des vaccins sous-unitaires existent déjà pour d’autres maladies, telles que l’hépatite B et le papillomavirus, et certaines entreprises développent également des sous-unités pour la covid-19, notamment Novavax, une société de biotechnologie qui a obtenu ce mois-ci un contrat de 1,6 milliard de dollars avec l’Operation Warp Speed.

Pour administrer son vaccin, le groupe Radvac a décidé de mélanger les peptides avec du chitosane, une substance issue de coquilles de crevettes, qui enrobe les peptides d’une nanoparticule capable de passer la muqueuse. 
Un vaccin nasal est plus facile à administrer qu’un vaccin qui doit être injecté et, de l’avis de Church, c’est une option négligée dans la course au vaccin anti covid-19.

Selon lui, seuls cinq des quelque 199 vaccins contre la covid-19 répertoriés comme en cours de développement utilisent l’administration nasale, même si certains chercheurs pensent que c’est la meilleure approche.
Un vaccin administré dans le nez pourrait créer ce que l’on appelle une « immunité muqueuse » des cellules immunitaires présentes dans les tissus des voies respiratoires. Une telle immunité locale peut être une défense importante contre le SRAS-CoV-2. Mais contrairement aux anticorps qui apparaissent dans le sang, où ils sont facilement détectés, les signes d’immunité muqueuse peuvent nécessiter une biopsie pour être identifiés, relève-t-on.

Le groupe a mis au point un vaccin composé de morceaux de protéines correspondant au coronavirus, mais qui ne sont pas capables de provoquer des maladies. Ils ont même publié un livre blanc expliquant comment le faire soi-même. Des approches similaires ont été utilisées pour fabriquer d’autres vaccins, précise MIT Tech, notamment pour l’hépatite B.

C’est une approche totalement différente par rapport au monde figé de la recherche pharmaceutique conventionnelle. Sans surprise, cela a interpellé certains sceptiques. « Ce n’est pas la meilleure idée, surtout dans ce cas, vous pourriez aggraver les choses », a déclaré George Siber, ancien responsable des vaccins chez Wyeth, une société pharmaceutique basée en Pennsylvanie. 

Le projet pourrait aussi rencontrer des problèmes avec la Food and Drug Administration, selon MIT Tech. Même s’il n’y a aucun échange d’argent et que les "cobayes" volontaires doivent non seulement signer de nombreuses clauses de non-responsabilité, mais aussi être assez informés des risques qu’ils encourent, les régulateurs pourraient sévir contre ce groupe.

Les contenus liés

Les articles à la une