Plus de résultats
En ce moment
Covid-19 : Certains pays en développement "n’ont pas suffisamment de marge de m…
Economie

Covid-19 : Certains pays en développement "n’ont pas suffisamment de marge de manœuvre" (PCNS))

2M.ma2M.ma

Certains pays en développement, en particulier les pays pauvres, n’ont pas « suffisamment de marge de manœuvre et de capacité budgétaire pour faire face à une propagation aiguë du nouveau coronavirus (Covid-19) », met en garde un article récent du Policy Center For The New South (PCNS).

Ces pays ne sont pas en mesure de supporter des « pressions croissantes sur de longues périodes sur leurs systèmes de santé », qui sont déjà très fragiles, voire rudimentaires dans certains cas, écrit Hamza Saoudi, auteur de cet article intitulé « Covid-19: Quelles Répercussions pour les Pays en Développement ? ».

 L’expert de Policy Center note qu'il « est très important pour ces pays, qui ne sont pas encore très impactés par cette pandémie, de prendre des mesures urgentes et qu'une intervention et un appui supplémentaires de la communauté internationale sont cruciaux ».

Concernant la stabilité macroéconomique, poursuit le rapport, le recours au confinement strict conduirait à l’arrêt d’une grande partie de l’activité économique puis à une baisse des recettes fiscales et, conséquemment, engendrer des tensions sociales, ce qui demanderait aux gouvernements dans les différents pays d’agir à la fois pour protéger les petites et les moyennes entreprises (PME) qui sont le premier employeur dans plusieurs pays en développement et soutenir les plus nécessiteux.

Par ailleurs, la baisse de la demande internationale, ajoutée à celle des prix des matières premières, et l’effondrement des prix du pétrole exerceront également des pressions sur les réserves de devises de plusieurs pays concernés, selon la même source.

Le rapport revient également sur l'incapacité des pays en développement de supporter un arrêt total de leur économie ni même un ralentissement de cette dernière sur une longue période, notant que cela aura des répercussions très négatives sur le moyen et le long terme.

L'impact de cette situation ne se limite pas qu'à l'économie, mais serait encore plus graves et dévastateur sur les populations pauvres, selon le rapport.

« Vu l’incapacité des familles pauvres à épargner dans les périodes favorables du cycle économique, celles-ci ne pourront pas supporter un confinement total sur une longue période sans aucun appui des gouvernements et des personnes les mieux nanties de leur pays », soutient Hamza Saoudi.

L'expert souligne également l'impact de cette pandémie sur un monde non préparé, mentionnant à cet égard que contrairement aux pays développés qui, malgré leurs moyens importants, trouvent beaucoup de difficultés à faire face à cette crise, les pays en développement n'auront que peu de chances d'y faire face, voire même que certains pays pauvres n'auront « aucune chance et aucune capacité pour faire face à une propagation de grande ampleur du Coronavirus sur leurs territoires ».

La stratégie de confinement total reste insuffisante et ne permet pas aux pays en développement de soutenir à la fois entreprises et ménages pauvres dont des membres perdent leur emploi, fait-il observer.

Saoudi évoque à cet égard les actions à mener sur le plan international et les mesures de soutien d'urgence aux pays en développement qui ne peuvent pas supporter une longue période de confinement, vu l'impact que cela aura sur le plan économique et budgétaire.

L'expert appelle en ce sens la communauté internationale à un soutien et un appui d'urgence au profit des pays du continent africain, ainsi que la nécessité d'une coordination par les gouvernements pour faire face à un éventuel désastre humain au niveau des pays en développement.

 

Les contenus liés

Les articles à la une