Plus de résultats
En ce moment
Covid-19: Les enseignements à tirer de l'initiative royale pour l'Afrique
Afrique

Covid-19: Les enseignements à tirer de l'initiative royale pour l'Afrique

DR
2M.ma2M.ma

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a eu, lundi 13 avril, des entretiens téléphoniques, respectivement, avec le Président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, et le Président du Sénégal, Son Excellence Macky Sall, sur l’évolution de la pandémie du Covid-19 dans le continent africain.

Dans un communiqué du Cabinet Royal, le Souverain a proposé le lancement d’une initiative de Chefs d’États africains visant à établir un cadre opérationnel afin d’accompagner les pays africains dans leurs différentes phases de gestion de la pandémie, "une initiative pragmatique et orientée vers l’action, permettant un partage d’expériences et de bonnes pratiques, pour faire face à l’impact sanitaire, économique et social de la pandémie".  

Une nécessité d'agir ensemble

Pour notre consultant politique Khalid Chegraoui, et au moment où beaucoup de pays africains sont encore en première phase ou en deuxième phase de la pandémie du covid-19, "il y a différentes stratégies africaines ayant été mises en oeuvre, notamment celle du Maroc, le Sénégal est en train d'effectuer un travail extraordinaire qu'il va falloir prendre en compte". Et de rajouter : "Ce sont des expériences qui réussissent plus ou moins, à travers des moyens locaux, mettons ensemble ces moyens et voyons le monde autrement". 

Une Continuité de la politique royale 

Khalid Chegraoui explique que dans le cadre de la politique africaine prônée par SM le Roi visant à assurer un développement économique et social partagé, ce sens de la solidarité interafricaine a toujours été une constante pour le Maroc, d'autant plus que l'appel d'hier s'inscrit certes dans la politique volontariste et solidaire menée par le Souverain visant à défendre les Causes et les intérêts de l'Afrique et qui ne date pas d'aujourd'hui.

Et notre consultant de rappeler le discours historique de SM le Roi prononcé à Abidjan en 2014 à l’occasion du Forum économique maroco-ivoirien et dan leque le Souverain avait indiqué que «L’organisation, en Côte d’Ivoire, d’un tel Forum -pour la première fois en dehors du Royaume et sur une terre africaine – n’est pas le fruit du hasard.  C’est, d’abord, le reflet de la qualité des relations entre nos deux pays, et l’expression de l’importance des liens politiques et économiques entre le Royaume et les pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest». Et le Souverain d'expliquer  que «l’Afrique est un grand continent, par ses forces vives, ses ressources et ses potentialités. Elle doit se prendre en charge, ce n’est plus un continent colonisé".

"Il ne faut pas oublier le discours d'Abidjan, qui est à mon avis un discours maître en matière de mise en place d'une politique africaine qui doit se baser sur la solidarité. Cette initiative est dans cette même lignée, un appel aux Africains de prendre au sérieux la pandémie, et de mettre en place les possibilités en commun afin de lutter contre le virus, et surtout cesser de compter sur nos partenaires traditionnels, dans ce sens", poursuit M. Chegraoui.

Une nouvelle Afrique, après le Coronavirus ?

À cette question, Chegraoui estime que "beaucoup de choses vont changer" pour l'Afrique, en présence de ce qu'il qualifie de "mirage de l'Union européenne" qui à son avis vit "une situation critique, d'un système économique "imposé par la force d'un libéralisme à outrance" et qui devrait être remis en question, selon lui.

"Même en terme de recherche scientifique, les choses sont à revoir, la nécessité de remettre en cause tous les protocoles posés depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale", renchérit-il.

Et de conclure : "Dans cette dynamique, il va falloir que nous, Africains, mettons en oeuvre une nouvelle vision et une nouvelle politique, surtout revivre une nouvelle littérature politique, revoir notre imaginaire politique", car pour Khalid Chegraoui, la politique étrangère des pays africains est à repenser, dans la mesure où "elle ne doit plus restée prisonnière des dogmes issus de la fin de la Deuxième Guerre mondiale". 

Les contenus liés

Les articles à la une