Plus de résultats
En ce moment
Comment l'Asie de l'Est a pu contrôler la pandémie du nouveau coronavirus ? (An…
Coronavirus

Comment l'Asie de l'Est a pu contrôler la pandémie du nouveau coronavirus ? (Analyse/World Economic Forum)

Modifié le

Les pays de l’Asie de l’Est ont fait preuve d’une gestion efficace contre la pandémie du nouveau coronavirus. Les chiffres en témoignent. Alors que les pays disposant des meilleurs systèmes de santé au monde dénombrent des centaines de morts des suites de la Covid-19, le Japon, la Corée du Sud, la Malaisie, la Thaïlande, le Singapour et le Vietnam comptent respectivement 333, 301, 125, 58, 27 et 8 décès depuis le début de la pandémie.

Selon une analyse publiée sur le site officiel du World Economic Forum, cette maitrise de la pandémie de la Covid-19 est due essentiellement à trois facteurs : Premièrement, aucun des pays de l’Asie de l’Est ne croit s’en être sortie et éradiquer la pandémie pour de bon. Deuxièmement, ces pays investissent depuis longtemps dans le renforcement des institutions gouvernementales et cela porte désormais ses fruits. Troisièmement, la gestion spectaculaire de la Chine de la pandémie représente un véritable défi et une forte motivation pour ses voisins.

Toujours selon cette analyse, les sociétés d’Asie de l’Est conservent une croyance forte dans la bonne gouvernance, reflétant le respect traditionnel asiatique des institutions d’autorité. La riposte à la pandémie d'une efficacité spectaculaire du Vietnam, par exemple, peut être attribuée non seulement à l'un des gouvernements les plus disciplinés du monde, mais aussi à des investissements judicieux dans les soins de santé.

Entre 2000 et 2016, les dépenses de santé publique par habitant ont augmenté au Vietnam en moyenne de 9% par an. Cela a permis au Vietnam de créer un centre national des opérations d'urgence de santé publique et un système de surveillance à la suite de l'épidémie de SRAS survenue entre 2002 et 2003.

Faisant face depuis plusieurs années à de nombreuses pandémies et catastrophes naturelles, les Asiatiques de l’Est ont une profonde détermination à lutter contre toute attente et jusqu’au dernier souffle pour survivre, estime cette analyse écrite par l’ancien diplomate et l’universitaire singapourien Kishore Mahbuban.

Les contenus liés

Les articles à la une