Plus de résultats
En ce moment
Aéronautique: le GIMAS confiant dans la reprise, la préservation d'emplois et d…
Industrie

Aéronautique: le GIMAS confiant dans la reprise, la préservation d'emplois et d'entreprises en tête des priorités

I.E.MI.E.M

L'heure du redécollage industriel a sonné. S'érigeant comme l'une des locomotives de la production nationale aux côtés de l'automobile, l'aéronautique est l'un des secteurs clés qui se préparent à renouer avec leurs performances à deux chiffres d'avant la crise du Covid-19. En partenariat avec le ministère de tutelle, le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS) lancera bientôt une réflexion autour du développement de ce secteur à moyen et long termes. 

Karim Cheikh, président du GIMAS, a expliqué à 2M.ma que cette réflexion va tourner autour de la satisfaction de deux objectifs : le premier est la préservation d'un maximum d'emplois, car le noyau dur de cette industrie et moteur de sa croissance reste son capital humain qualifié, et le deuxième est la sauvegarde, puis le développement des entreprises du secteur par le savoir-faire, l'implémentation des technologies avancées, de l'innovation et de la recherche & développement. 

Il suffit de se pencher sur les performances de l'industrie aéronautique marocaine pour avoir une idée claire de sa résilience. Plus de 140 sociétés composent le GIMAS, employant plus de 17.500 salariés directs et représentant un chiffre d'affaires à l’export de 1,9 milliard de dollars. La qualité et la compétitivité de la plate-forme nationale, connues et reconnues par les donneurs d’ordre (avionneurs et grands équipementiers), ont permis d'enregistrer un taux de croissance de près de 20% en moyenne durant ces dernières années.

L'année 2020 se profilait sur la continuité de ces résultats positifs, mais le vent n'a pas soufflé au gré des acteurs de l'aéronautique. Quand l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) déclare, en mars dernier, que la flambée de COVID-19 constitue une pandémie, le transport aérien s’est brusquement effondré au niveau mondial, impactant toutes les compagnies aériennes et, par effet de domino, toute la chaîne de valeur. C'est ainsi que leurs prévisions ont été "chamboulées". La veille stratégique, la surveillance des marchés et le PAI (plan d’accélération industrielle, fil d’ariane des acteurs du secteur) donnaient une visibilité qui permettait un développement encore plus important, avec des indicateurs qui étaient tous ou presque au vert. L'objectif fixé était d’arriver à réaliser un chiffre d'affaires de 2,6 milliards $ en 2021.

Cependant, ces derniers admettant la résilience et l'agilité dont le Maroc a fait preuve dans la gestion des effets liés à la pandémie, et refusent de céder à la panique. "Nous ne tombons ni dans le pessimisme ni dans l'inquiétude, mais restons lucides face à cette situation nouvelle", poursuit M. Cheikh en indiquant que les cartes de la chaîne de valeurs aéronautique vont être redistribuées différemment après la fin de la pandémie.

"Un de nos atouts majeurs est notre proximité avec l'Europe, mais nous irons chercher les opportunités là où elles se présenteront. Ceci nous permettra de retrouver notre croissance à deux chiffres connue par le passé, et nous sortirons renforcés et gagnants de cette crise", conclut-il sur une note d'enthousiasme. 
 

 

Les contenus liés

Les articles à la une