Plus de résultats
En ce moment
Fatima Chaoui:« le vide juridique fait que la violence à l’égard des femmes aug…
Société

Fatima Chaoui:« le vide juridique fait que la violence à l’égard des femmes augmente»

Le monde célèbre ce 25 novembre la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Au Maroc, de plus en plus de femmes en sont victimes. Fatima-Zohra Chaoui, présidente de l’Association Marocaine de Lutte Contre la Violence à l'Egard des Femmes, nous parle de ce phénomène dont la gravité va à l’encontre des principes du respect de la dignité humaine.

Depuis la création de l’association en 1995, plus de 16 500 femmes ont déclaré être victimes de violence. Ce phénomène a-t-il tendance à augmenter ?

Tout à fait. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les cas de violences augmentent à une vitesse inquiétante. Une augmentation qui concerne également la façon avec laquelle ces victimes sont violentées. Cet accroissement est du à des considérations culturel et éducatif. Malheureusement, la défaillance du système scolaire marocain fait que les générations ne sont pas sensibilisées à la question du respect d’autrui, et en particulièrement les femmes. Le vide juridique en est également la raison. Cela fait des années que nous revendiquons une loi contre la violence, mais en vain.

Vous disposez de plusieurs centres d’écoute. Que faites-vous lorsque vous recevez les doléances des victimes ?

Au sein de notre association, nous proposons divers services. Un centre d’écoute est en effet opérationnel afin de recevoir les doléances des victimes. Nous proposons alors aux victimes un conseil juridique, via un groupe d’avocats experts en la matière. Puis, nous leur proposons une prise en charge psychologique en cas de besoin. Des femmes peuvent être meurtries par la violence et nécessite un accompagnement médical. Nous aidons également ces victimes à faire les démarches administratives, un d’assistanat social dont certaines ont fortement besoin.

Vous est-il arrivé d’engager des actions en justice, en soutien aux victimes ?

Nous faisons cela en permanence. Je suis moi-même avocate au barreau de Casablanca et une féministe endurcie. En plus, plusieurs avocats prennent des affaires en charge. Il est inconcevable de ne pas représenter en justice des femmes dans le besoin. Nous avons engagé plusieurs actions en justice, notamment dans des affaires d’assassinat. Mais, vous savez, notre objectif n’est pas que le/la coupable soit écroué. On souhaite avant tout que la victime retrouve sa vie d’avant, et guérisse des séquelles corporelles et psychologiques engendrées par ces épisodes douloureux.  

Les contenus liés

Les articles à la une