Plus de résultats
En ce moment
Hyperpilosité: la pilosité excessive chez la femme expliquée par Dr Leila BICHRA
Santé

Hyperpilosité: la pilosité excessive chez la femme expliquée par Dr Leila BICHRA

DR
2m.ma2m.ma
Modifié le

Une pilosité excessive est souvent une source d’embarras surtout chez les femmes. Pas très esthétique, elle est considérée comme une perte de féminité pour les personnes concernées. Pour comprendre l’origine de cette abondance de pilosité, Sabahiyate a consulté Dr Leila BICHRA, spécialiste en dermatologie :

 

Il faut distinguer deux types : L’hyperpilosité est considérée normale quand elle est liée à une réaction physiologique et correspond à l’appellation scientifique d’«L'hypertrichose». Elle est très fréquente chez les sujets originaires des pays du pourtour méditerranéen (les personnes brunes). L’épilation au laser est la meilleure solution pour lutter contre l’excès de pilosité. Les lasers les plus courants sont le ND-YAG recommandé pour les peaux mates et foncées et l’Alexandrite, plus adapté aux peaux claires avec des poils foncés et/ou fins. En général le laser est administré en 5 séances et prend en charge une réduction de pilosité à 75% et non une élimination définitive de poils.

Par contre, «l’hirsutisme» est un excès de pilosité anormal qui correspond à un état maladif ou un dérèglement hormonal chez la femme. Il est généralement accompagné d’une calvitie légère au niveau du front ; alopécie androgénique (d’ordre génétique ou héréditaire). Parmi les autres signes de «l’hirsutisme» figurent également, les troubles du cycle menstruel, l’acné, la prise de poids et la raucité de la voix… Des symptômes qui orientent souvent vers l’existence d’une tumeur virilisante.

Dans la majorité des cas, il ne s’agit pas de problème hormonal en soi mais plutôt de pilosité masculine (polis drus et foncés), ce qui revient à dire que les poils, chez la femme, possèdent des récepteurs d’hormones mâles.  

L’Hirsutisme d’origine hormonal, lui, est associé au syndrome des ovaires polykystiques  (SOPK), ou une hyperandrogénie (excès de testostérone) causée par une tumeur de la glande surrénale. Pour réguler la sécrétion e la testostérone, après un bilan médical, le traitement repose sur l’ablation de la tumeur.

En cas de troubles hormonaux, le traitement se base sur la prescription de médicaments anti-androgènes pour bloquer l’action de la testostérone.

Le traitement du SOPK repose sur l’administration de la pilule contraceptive pour réguler le dérèglement hormonal.

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une