Plus de résultats
En ce moment
"Yes we short": les Casablancais marchent pour dire "Non à l’obscurantisme" en …
Société

"Yes we short": les Casablancais marchent pour dire "Non à l’obscurantisme" en solidarité avec les bénévoles belges

Modifié le

Plusieurs dizaines de personnes, en short ou non, ont répondu présent, ce samedi après-midi à la corniche de Ain Diab à Casablanca, à l’initiative d’un groupe de jeunes casablancais, en solidarité avec les bénévoles belges de l’association Bouworde vzw qui ont été sujet de propos haineux. Les manifestants ont également dénoncé le discours des propagateurs de la haine, la violence et l'extrémisme.

Cette initiative intervient suite à certaines réactions hostiles aux jeunes bénévoles belges,notamment celle d'un enseignant déjà arrêté par la police et d'un député. Non aux propagateurs de la haine!, le Maroc est un pays de tolérance! C'est le message de l'initiative "Yes We short".

"Non à l’obscurantisme", "Non à la radicalisation de la société marocaine", "Marocains et libres", "Maroc des lumières", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les marcheurs.

"Les marcheurs dénoncent les propos haineux à l'égard des bénévoles belges qui ont participé au balisage d’une route rurale d'un village pas loin de Taroudant", explique Mourad Elajouti, l’un des initiateurs de la marche de solidarité du 10 août avec les 37 bénévoles belges.

Interrogés par 2M.ma, plusieurs participants à cette marche ont exprimé, de manière unanime, leur solidarité avec le groupe des jeunes belges tout en dénonçant « la radicalisation de la société marocaine ».

C'est également ce qui a motivé Khalid Chafaqui, acteur associatif rencontré sur place: « Nous sommes venus dire à ceux qui veulent nous imposer une idéologie qui n’est pas la nôtre que n’allons jamais accepter. Pacifiquement, nous sommes là pour condamner les propos de l’instituteur et du député. Ces deux personnes ne nous représentent pas. Depuis Casablanca, nous voulons lancer un message de tolérance, d’amitié, d’amour, de fraternité et de coexistence » a-t-il indiqué.  

Même son de cloche du côté de Amine Mazzen, l'un des organisateurs de Yes We Short .:« Il s’agit d’une initiative citoyenne dont l’objectif est de véhiculer des messages de tolérance. L’initiative vient dire stop aux appels à la haine sur les réseaux sociaux face à un geste humanitaire. Ces jeunes filles belges sont venues (au Maroc) par solidarité et il fallait pas les attaquer de la sorte ».

"Ces propagateurs de la haine n’ont pas de leçons à nous donner.  L’obscurantisme est une baraque qui finira par s’écrouler », s'insurge Hakima, 60 ans.

 

Il est à rappeler que plusieurs actions ont été menées en solidarité avec les bénévoles belges, notamment, à Marrakech.

Les contenus liés

Les articles à la une