Plus de résultats
En ce moment
Viol et meurtre de Hanane: plus de 200 personnes observent un sit-in pour dénon…
Société

Viol et meurtre de Hanane: plus de 200 personnes observent un sit-in pour dénoncer les violences faites aux femmes

2M.ma
2M.ma, Rabat2M.ma, Rabat
Modifié le

Ils se sont donné rendez-vous ce vendredi à midi devant le parlement, sur l'avenue Mohammed V à Rabat. Militants associatifs, journalistes et citoyens ont observé un sit-in en solidarité avec Hanane, 34 ans, violée puis tuée le 8 juin dernier à Rabat. Elle avait été laissée pour morte dans une ruelle de l'ancienne média après avoir été sauvagement violée et mutilée. La manifestation est aussi l'occasion de rappeler que les violences faites aux femmes persistent et qu'elles sont aujourd'hui banalisées. 

"Non au viol, non à la violence", "Son seul tort: être une femme",  "Hanane, j'écris ton nom" ou encore "Brisons le silence",  pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants.

 

Au total, plus de 200 personnes de tous âges ont exprimé leur colère et leur condamnation de tous les actes de violences que subissent encore les femmes. Réunis à l'initiative de la société civile, les manifestants ont également interpellé les décideurs pour que les femmes soient mieux protégées. 

Plusieurs associations se sont mobilisées ces derniers jours, en réaction au crime abject dont a été victime la jeune femme, après la diffusion à grande échelle d'une vidéo du crime. Dans un communiqué, l’Association Démocratique des Femmes du Maroc a dénoncé "le silence et le mutisme qui a entouré cette affaire depuis plus d’un mois malgré le caractère odieux qu’elle revêt", lit-on dans un communiqué parvenu à 2M.ma ce matin. L'association appelle aussi l’Etat à lutter efficacement et de manière effective contre ce phénomène qui menace la vie de millions de citoyennes marocaines, les privant de leur droit le plus absolu et fondamental de circuler et de vivre librement sans qu’elles soient violentées et harcelées.

Rappelons que le Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a annoncé jeudi 18 juillet l'arrestation de 8 personnes, en plus de l'agresseur présumé de la victime. Parmi les 8 personnes impliquées dans cette affaire, le complice qui a filmé la séquence de mutilation sans intervenir et ses "amis", qui ont reçu la vidéo et n'ont pas alerté la police.  Leur procès sera très suivi notamment par la société civile qui réclame des sanctions exemplaires. 

 

Les contenus liés

Les articles à la une