Plus de résultats
En ce moment
Une Américaine bloquée à Bouznika a appris la darija et observé le jeûne du moi…
Coronavirus

Une Américaine bloquée à Bouznika a appris la darija et observé le jeûne du mois de Ramadan

Ph. Hailey Spivak
2M.ma2M.ma

Ils sont des milliers à avoir été surpris par la fermeture des frontières un peu partout dans le monde à cause de la pandémie de Covid-19. Des étrangers qui se sont retrouvés bloqués à travers le globe dans des pays qu’ils ne connaissent parfois pas. Sauf que dans certains cas, ils ont su faire ressortir le positif de ces semaines de confinement en terre inconnue.

C’est le cas de Hailey Spivak ! En effet, cette Américaine de 25 ans été venue au Maroc pour compléter sa formation de professeur de yoga. Après avoir décrété la fermeture des frontières, elle s’est retrouvée confinée chez une famille modeste de Bouznika où elle a pu découvrir les coutumes et traditions locales.

Originaire de Louisville, aux Etats-Unis, Hailey, professeure de yoga, était partie de son pays pour un an afin de traverser le monde et découvrir la discipline dans plusieurs pays. Arrivée au Maroc après avoir visité le Portugal, c’est en fin 2019 qu’elle opte pour une auberge de jeunesse de Bouznika pour entamer son périple marocain.

Une histoire qui a duré des mois puisque Hailey a renouvelé son visa au début du mois de mars, explique le journal USA Today qui relate son aventure. Elle voulait en effet prolonger de quelques semaines son voyage, une décision qui a coïncidé avec la fermeture des frontières. Elle s’est donc retrouvée sur place sans savoir jusqu’à quand !

Malgré l’exécution de son vœu, la jeune femme, qui s’est confiée au média, s’est décrite par moment épuisée moralement voire angoissée. « C'était vraiment difficile au début. Je ne l'acceptais pas vraiment, et mon corps non plus. » Ne sachant quand prendra fin cette situation, elle a dû se résoudre à faire avec. Elle a ainsi pu rencontrer plusieurs habitants et surtout se faire de nouveaux amis. Notamment une famille qui n’a pas hésité à l’accueillir.

 

La famille qui compte 8 personnes a su rendre le quotidien de Hailey moins pesant. « Vivre avec huit non-anglophones a aidé Spivak à améliorer son arabe marocain, également connu sous le nom de darija (un mélange de français et d'un dialecte d'arabe). Elle utilise également la communication non verbale et lit les expressions faciales, trouvant de l'humour dans les pannes de communication », souligne la même source médiatique.

En plus d’avoir appris la darija, l’Américaine a découvert d’autres coutumes. Et pour cause, le confinement a également coïncidé avec le mois de Ramadan. Elle a ainsi décidé d’observer elle aussi le jeûne de ce mois sacré, du moins quelques jours, malgré qu’elle ne soit pas musulmane. Une expérience qu’elle a trouvé « plus belle pour [son] âme » qu’elle ne l’avait prévu. « C'est une expérience magnifique et vraiment cool », a-t-elle fait savoir. Pour elle, rompre le jeûne après 16 heures ressemble en fait à « un Thanksgiving quotidien avec de délicieux repas faits maison ».

Au pays de l’Oncle Sam, ces péripéties ne semblent plus inquiéter sa famille entre autres son père qui se réjouit même que sa fille puisse vivre ces moments particuliers. « J'ai fait un voyage similaire à Hailey il y a 40 ans et je suis heureux qu'elle apprécie son expérience », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « J'étais inquiet au début (à cause du coronavirus), mais après avoir parlé avec elle et entendu qu'elle allait bien, j'allais bien. » D’ailleurs, la jeune femme le confirme : « Je me sens vraiment en sécurité et je suis la bienvenue ici. »

Les contenus liés

Les articles à la une