Plus de résultats
En ce moment
Maroc: Le nombre de nouveaux cas de tuberculose a baissé de 33% entre 1990 et 2…
Santé

Maroc: Le nombre de nouveaux cas de tuberculose a baissé de 33% entre 1990 et 2018 (Doukkali)

2M avec MAP2M avec MAP
Modifié le

Le Maroc a réussi à réduire de 33 % le nombre des nouveaux cas de tuberculose entre 1990 et 2018 et a enregistré un taux de succès de traitement de la maladie estimé à 86%, a indiqué vendredi à Rabat le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

Dans une déclaration à la MAP à l'occasion du lancement des activités du Centre de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires au quartier Nahda, le ministre a précisé que le taux de diagnostic de la maladie a dépassé 85%, tandis que le nombre des décès a diminué de 68% durant la même période grâce à la disponibilité des soins gratuits dans l'ensemble du Royaume, relevant que le taux de la prévalence de la tuberculose multirésistante ne dépasse pas 1%.

Il a souligné que les centres de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires constituent des structures de référence dans ce domaine et se trouvent dans six régions des grandes villes marocaines.

"Le ministère s'attelle à doter ces centres d'équipements modernes et de technologies de diagnostic biologique facilitant le diagnostic des maladies et de la tuberculose multirésistante afin d'offrir le traitement le plus approprié, et de doter tous ces centres d'unités d'examen à rayons X numériques, en plus du suivi des ressources humaines par une formation à distance et un programme de mise à jour du système d'information", a-t-il ajouté.

Selon M. Doukkali, la propagation de la tuberculose est étroitement liée aux déterminants sociaux et environnementaux, d'où la nécessité de mettre en place des politiques publiques volontaristes dans les domaines du logement, du développement social, de l'enfance, de l'éducation et de l'information, afin de réduire les déterminants liés à la pauvreté, à la vulnérabilité et à l'habitat non réglementaire.

Dans le même contexte, il a estimé que la tuberculose demeure un défi majeur pour le système de santé marocain, en dépit de tous les efforts déployés, sachant que le nombre de cas actuels a atteint environ 31.000 cas annuellement, au moment où l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) évoque 36.000 cas.

Malgré les efforts de diagnostic et de prise en charge, le ministre a reconnu que la réduction de l'incidence de 1% par an reste insuffisante pour éradiquer la maladie, soulignant que le Maroc s'est engagé à l'éradiquer à l'horizon 2030.

Pour sa part, le directeur de l'épidémiologie et de lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, a déclaré que le lancement du centre de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique national de lutte contre la tuberculose 2018-2021, visant à améliorer le taux de dépistage de la maladie pour le porter à plus de 90%, à augmenter le taux d'efficacité du traitement (plus de 90%), à réduire le nombre de décès grâce au suivi et à la prise en charge des patients en mettant en place des unités similaires, tout en adoptant des approches sociales et économiques pour éliminer les facteurs de risque.

Il a noté, dans une déclaration similaire, que le centre fait partie de 62 établissements similaires au niveau national en cours de création ou de restructuration, en tant que centres de référence pour la dépistage des maladies et le suivi des patients avant qu'ils ne soient dirigés vers les centres de santé pour un suivi rigoureux.

Le ministère est en train de revoir la méthode de dépistage en adoptant de nouveaux mécanismes, des détecteurs de la microbiologie moléculaire et à rayons X de nouvelle génération, qui comptent actuellement 39 appareils au niveau national, ainsi que cinq unités de détection mobiles dans tout le pays, pour le dépistage précoce de la maladie, a-t-il relevé.

L'incidence de la tuberculose est particulièrement concentrée dans les zones densément peuplées et périurbaines des grandes villes, où la vulnérabilité et l'impact des facteurs socio-économiques sont plus graves.

Les contenus liés

Les articles à la une