Plus de résultats
En ce moment
Thomas Clausi, du rêve à la réalité il n’y a qu’un clic !
Jeunes entrepreneurs

Thomas Clausi, du rêve à la réalité il n’y a qu’un clic !

Pour le jeune Thomas, l’âge n'est qu'un chiffre! A tout juste 19 ans, il est déjà à la tête de ses propres entreprises. Un serial-entrepreneur certes, jeune oui mais surtout un aventurier autodidacte. Derrière son apparence juvénile, c’est un vrai professionnel. « C’est à Metz que j’ai lancé la structure de l’agence marketing. Puis ensuite, différentes structures sont nées. Je suis parti plus tard au Luxembourg car les perspectives étaient bien plus prometteuses là-bas », raconte le jeune entrepreneur.

Mais Thomas Clausi ne s’est pas limité à la France et au Luxembourg, lui qui ne cesse de se lancer des défis. Il a ainsi relevé le pari de s'installer au Maroc ! Venu à Noël dernier pour une semaine de vacances, il décide d’y poser définitivement ses valises. « Le Maroc s’est fait un peu par hasard. Comme on fait des prestations web, j’ai collaboré avec des freelances ici. Quand ça a commencé à grandir, je me suis dit pourquoi ne pas créer une structure directement au Maroc », confie-t-il.

Il lui aura donc fallu à peine deux mois pour monter son projet dans le royaume et créer dans un premier temps une dizaine d'emplois directs, et « on compte passer dans l’année à venir à 50 collaborateurs en plus ». L’aventure TC Marketing a ainsi débuté, un pays qui séduit de plus en plus le jeune homme qui a des projets pleins la tête. « TC Marketing est une agence marketing qui concerne plutôt les entreprises. Nous venons également de lancer TC Events, c’est une structure spécialisée dans l’événementiel mais aussi portée sur les influenceurs à qui nous proposons des partenariats exclusifs. Enfin, nous travaillons sur un nouveau projet TC Liberty, ce sera un service pour les particuliers qui permettra aux Marocains de faire leur business en ligne » enchaine le jeune entrepreneur.

Autodidacte et rêveur

Mais comment sont nés ces projets ? Thomas persiste et signe, le rêve détient une place importante dans sa vie, ce qu’il vit actuellement il est formel il l’a rêvé, visualisé et s’est mis dans la tête qu’il l’atteindrait un jour. « A la base c’étaient des rêves, quand j’étais en France je rêvais énormément.  Alors au fil du temps je me suis mis à lire, m’informer notamment grâce à des ouvrages sur le business. Ce sont ces bouquins qui m’ont aidé à tout apprendre et c’est là que je me suis dit que je voulais arrêter l’école et lancer mes propres activités, juste réaliser mes rêves », se souvient-il. « Je ne pensais pas pouvoir obtenir tout ceci en si peu de temps. J’ai appris durant ces années qu’il ne faut jamais abandonner et surtout croire en ses rêves et ne pas avoir peur de rêver car quand on rêve ça arrive. »

Sauf que cela n’a pas été une mince affaire, aucun bagage, pas d’expérience et très jeune ne font pas mon ménage dans ce monde-là. « Je me suis d’abord spécialisé dans le web marketing tout simplement car comme j’ai commencé très jeune de pouvoir investir que très peu sur internet, ce n’était pas une entreprise physique. Après c’était du e-commerce et pour ça j’ai appris à vendre mes produits, c’est de cette façon que je me suis porté sur le marketing digital », explique l’autodidacte, le jeune élève en lui qui témoigne qu’il n’a jamais vraiment aimé l’école. Bac ES en poche, obtenu difficilement et en parallèle de ses projets, il ne cherche pas plus loin. « A 13 ans j’avais déjà lancé ma marque de vêtement », un ballon d’essai qui lui permet de mettre déjà un pied dans la cour des grands. « Ce n’est qu’à 16 ans que j’ai lancé mon vrai premier projet », affirme-t-il. 

Le Maroc, un pari réussi

En plus du Maroc, Thomas Clausi mise sur l’étranger, notamment le Bénin et Dubai où des filiales de TC Marketing devrait voir le jour incessamment. « Je tente ainsi de nouvelles choses mais une chose est sûre je ne m’orienterai jamais vers autre chose, ce je fais est une vraie passion », souligne-t-il avec certitude. « J’ai encore beaucoup de rêves à réaliser, je n’en suis qu’au début. Je vois un avenir agité, beaucoup de projets, de travail, d’évolution. Le développement se fera exclusivement au Maroc, parce que je pense à plusieurs choses notamment un centre de formation en développement web, graphisme… », conclut ce Français originaire de Metz qui souhaite rester le plus longtemps possible au Maroc voire pour toujours ! Surnommé le serial entrepreneur, il a réussi à gagner le respect de ses pairs…

 

Les contenus liés

Les articles à la une