Plus de résultats
En ce moment
Soudan du Sud : formation samedi d'un gouvernement d'union nationale, Riek Mach…
Politique

Soudan du Sud : formation samedi d'un gouvernement d'union nationale, Riek Machar nommé vice-président

2M.ma/Agences2M.ma/Agences

Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar ont convenu jeudi de former un gouvernement d'union nationale à la date butoir de samedi avec la nomination de Machar comme premier vice-président.

« En tant que président, je nommerai les vice-présidents et je commencerai en nommant Riek demain matin (vendredi). Je dissoudrai le gouvernement aujourd'hui (jeudi) et un nouveau gouvernement sera formé le 22 », a déclaré Salva Kiir au terme de sa réunion avec Machar.

Le président Kiir a souligné qu’il s'emploiera, après la formation du gouvernement, à assurer la sécurité et la stabilité dans le pays jusqu'à l'achèvement de la préparation de l'armée, et à poursuivre le dialogue sur les questions en suspens qui n'ont pas encore été résolues.

Le président sud-soudanais et Riek Machar se sont entendus jeudi pour gouverner ensemble, après des précédentes tentatives qui s'étaient soldées par des échecs.

« Nous sommes convenus de former le gouvernement dans deux jours, le 22 février. Nous discutons encore sur d'autres questions et j'ai confiance que nous parviendrons à une solution », a déclaré de son côté Machar.

Le conflit entre les deux Hommes est à l'origine du déclenchement de la guerre civile en décembre 2013. Et en juillet 2016, une autre expérience de gouvernement d'union avait pris fin abruptement quand de violents combats avaient opposé leurs troupes à Juba.

Le président Kiir a annoncé jeudi que ses hommes seraient en charge de la sécurité de la capitale, ainsi que de celle de Machar.

Par ailleurs, la question centrale du nombre d'États régionaux reste en suspens. La rébellion a rejeté dimanche la proposition de Kiir de revenir à un système fédéral de 10 États, au lieu de 32, plus trois « zones administratives » (Ruweng, Pibor et Abyei).

 Machar a décliné ce qui était perçu comme une concession du président, favorable jusque-là aux 32 États, en contestant le statut proposé de Ruweng, une région essentielle pour la production de pétrole. Mais le Parlement sud-soudanais a adopté jeudi un amendement incorporant à la Constitution ce nouveau découpage.
Un rapport d'une commission des droits de l'Homme de l'ONU a mis en garde jeudi contre les défis qui attendent encore le pays, malgré la formation de ce nouveau gouvernement.

Trois agences onusiennes et Juba ont parallèlement annoncé jeudi que, malgré la légère baisse du nombre de personnes touchées par l'insécurité alimentaire, 6,5 millions de Sud-soudanais, soit plus de la moitié de la population, pourraient se retrouver en situation de crise alimentaire aiguë d'ici la mi-2020.

 

Les contenus liés

Les articles à la une