Plus de résultats
En ce moment
Séances d'écoute de la CSMD : Des partis politiques insistent sur l'amélioratio…
Modèle de développement

Séances d'écoute de la CSMD : Des partis politiques insistent sur l'amélioration des conditions sociales

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

Des représentants de partis politiques sans représentation parlementaire ont appelé, samedi à Rabat, à améliorer les conditions sociales des citoyens et à mettre en oeuvre la régionalisation avancée afin de gagner le pari du développement.

Gagner le pari du développement passe par une mobilisation nationale autour du modèle de développement et la mobilisation des ressources nécessaires notamment les ressources naturelles dont regorge le Royaume, ont indiqué à la presse les représentants de ces formations politiques à l'issue d'une réunion avec la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD) que préside M. Chakib Benmoussa.

Ainsi, le parti Ennahda, représenté par son Secrétaire général Said Ghennioui, estime que le nouveau modèle de développement devrait relever le pari de la régionalisation avancée, rationaliser les ressources financières nationales, instaurer la justice fiscale, honorer la culture et prêter attention au patrimoine national et à l'histoire de la nation.

Pour réussir ce nouveau projet de développement, la parti propose de réhabiliter et autonomiser les jeunes compte tenu de leurs potentialités, estimant que donner une importance particulière aux jeunes et gagner leur confiance, comme étape précédant leur implication dans les chantiers nationaux, est un investissement politique principal.

De son côté, le Secrétaire général du Parti de la Liberté et de la Justice sociale, Miloud Moussaoui, a souligné l'importance de dynamiser certains secteurs socio-économiques et politiques afin d'assurer la paix sociale, consacrer le nouveau concept d'autorité et mettre à niveau la structure de la société marocaine. Il a, en outre plaidé en faveur d’un nouveau contrat social qui sera le socle du nouveau modèle de développement.

Le Secrétaire général du Parti de l'Action, Mohamed Drissi, a souligné, quant à lui, que le droit d'acquérir les connaissances est un prélude au développement, appelant à faire de l'enseignement une priorité et à créer un fonds de soutien scolaire, sans pour autant négliger l’importance du secteur des sports et de l’initiative individuelle.

Pour sa part, le secrétaire général du Parti de centre social (PCS), Hassan Madih, a insisté sur l'importance d'un suivi de la réalisation du nouveau projet de développement et la mise en oeuvre d'un mécanisme de contrôle à cet égard, appelant à tenir compte de l'importance de l'élément humain dans la dynamique de développement ainsi que l'utilité de créer des zones industrielle mises à la disposition des entrepreneurs.

Le président du Parti des Néo-démocrates (PND), Mohamed Darif, a fait remarquer, lui, que les fondements du nouveau modèle de développement concernent principalement la connaissance, indiquant que la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement doit trouver un mécanisme pour garantir une base de données à jour afin d'établir une perception claire.

Il y a également lieu, selon l’intervenant, d’accorder de l’importance au volet culturel qui nécessite que le nouveau modèle de développement préserve l'identité des Marocains conformément aux dispositions de la Constitution.

Dans le même contexte, le secrétaire général du Parti Union marocaine pour la démocratie (PUMD), Jamal Mandri, a insisté sur la nécessité de réaliser la justice sociale et d’instaurer le concept de la région, qui doit constituer un acteur principal dans la mise en oeuvre de la politique publique.

Le secrétaire général du Parti Al Amal, Mohamed Bani, a indiqué, pour sa part, que la vision du parti du nouveau modèle de développement est basée sur la régionalisation et l'amélioration des conditions sociales du citoyen, ainsi que porter plus d’intérêt à la classe moyenne, relever le niveau d'emploi et réduire le chômage.

La CSMD avait décidé, le 24 décembre dernier, d'écouter les institutions et forces vives de la nation incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations et ce, dans un esprit d'ouverture et de construction commune.

Cette écoute large et ouverte vise à recueillir les contributions et les avis des parties sollicitées en vue d'élaborer un modèle de développement, avait indiqué la Commission.

Dans cette même logique de participation et d'inclusion, la CSMD avait fait savoir qu'elle mettra en place une plateforme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens afin d'enrichir le débat et de partager les expériences et les réflexions.

Les contenus liés

Les articles à la une