Plus de résultats
En ce moment
Sahara : le plaidoyer de Hilale pour le dessaisissement de la 4éme commission d…
ONU

Sahara : le plaidoyer de Hilale pour le dessaisissement de la 4éme commission de l'ONU

2M.ma2M.ma

L’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, Omar Hilale, a réitéré, mercredi devant la 4ème Commission de l’ONU, "l'appel pressant" du Maroc pour que cette Commission et ses organes subsidiaires, se dessaisissent définitivement de l’examen du différend du Sahara marocain et laissent le Conseil de Sécurité accomplir son mandat à cet égard, a-t-il martelé.

L’ambassadeur Hilale a ainsi fait observer que l’examen de la question du Sahara marocain par la 4ème Commission suscite plusieurs interrogations : "Le Conseil de Sécurité remplit-il les fonctions qui lui sont attribuées au sujet du Sahara marocain depuis qu’il en a été saisi en 1988 ? La réponse est oui. Le Conseil de Sécurité a-t-il demandé à la 4ème Commission d’examiner cette question ? La réponse est non. La 4ème Commission est-elle donc habilitée à en discuter ou adopter des résolutions à son sujet ? La réponse est sans hésitation non. La discussion sur cette question dans cette Commission est-elle en totale contradiction avec la Charte de l’ONU ? La réponse est sans ambiguïté oui", a argumenté le diplomate marocain.

Et de rappeler, à ce propos, que dans leur grande sagesse, les pères fondateurs de l’ONU ont consacré dans la charte de cette organisation une séparation entre ses organes, en répartissant clairement leurs mandats et leurs prérogatives.

"Dans ce cadre, ils ont tenu à spécifier, dans l’article 12 de la Charte, la distinction entre le mandat de l’Assemblée Générale et celui du Conseil de Sécurité, en stipulant clairement , dans son paragraphe 12 que "tant que le Conseil de Sécurité remplit, à l’égard d’un différend ou d’une situation quelconque, les fonctions qui lui sont attribuées par la présente Charte, l’Assemblée Générale ne doit faire aucune recommandation sur ce différend ou cette situation, à moins que le Conseil de Sécurité ne le lui demande", a-t-il précisé.

Et de s’interroger, dans ce sens : "N’est-il pas étrange, voire surréaliste, que la question du Sahara marocain soit examinée, concomitamment, ce matin même, par deux organes onusiens différents: le Conseil de Sécurité et la 4ème Commission. N’est-il pas absurde et aberrant que ces deux organes adoptent, à quelques jours d’intervalle, deux résolutions complètement différentes sur la même question ?".

Par conséquent, a conclu Hilale, il n’y a pas l’ombre d’un doute juridique, et encore moins politique, que la question du Sahara marocain ne doit plus être ni examinée, ni faire l’objet de rapport ou de résolution, par la 4ème Commission ou ses organes subsidiaires.

Les contenus liés

Les articles à la une