Plus de résultats
En ce moment
Sports

Rencontre avec Boubker, un "enfant de la mer", devenu un champion de surf (Reportage)

Safia Mjid & Ahmed RachidSafia Mjid & Ahmed Rachid

Il s’appelle Bouaouda Aboubakr, mais tout le monde à Dar Bouazza, le surnomme Boubker ou Bob. Né dans cette station balnéaire, à la sortie de Casablanca,  il perd sa mère, suite à une maladie, son père décèdera quelques mois plus tard. À 4 ans il est donc orphelin et livré à lui-même. 

Ce petit bonhomme est placé sous la tutelle de sa tante, ses frères et sœurs. Cependant, l’école ne l’intéresse pas, il passe la majorité de ses journées à la plage à contempler la mer. 

À 7 ans, Boubker abandonne totalement l’école. La mer devient son refuge. « Je regardais la mer; elle me faisait du bien, elle m’avait adoptée. La mer était devenue la mère que j’avais perdue », nous confie-t-il. 

Un jour, un professeur de surf, Sebastien Denis, lui prête une planche. Boubker ne sait pas nager, ce sera sa première expérience et aussi incroyable que cela puisse paraître, dès qu’il monte sur cette planche, il parvient à rester debout, il joue avec les vagues, il les apprivoise. 

Il reviendra chaque jour à la même heure, au même endroit, attendra qu’on lui prête cette planche pour revivre cette nouvelle sensation. Beaucoup s’inquiètent pour lui, il rentre dans l’eau dès le matin et y reste des heures. 

Sébastien, cofondateur de l'école de surf de Dar Bouazza, « L’académie du loisir », voit très vite un vrai potentiel dans le jeune garçon, alors âgé de seulement 8 ans. Il intègre donc l’école et un ami au professeur, offre à Bob sa première vraie planche faite en résine, elle deviendra une extension de lui. 

Il reste plus de 8 heures dans l’eau, il ne ressent ni la fatigue ni le froid. Sébastien l’a senti, cet enfant a un don.

Il poursuit ces entraînements, il progresse dans une autre école de Surf, Glisse School, qui appartient à Lahcen et Rachid. Cette école impose une seule condition que l’amoureux de la mer ne néglige pas ses études. Il était donc tous les matins à l’école et l’après-midi il pouvait enfin profiter de la mer, sinon il sera privé de sa planche, et pour Boubker c’est la pire des punitions. 

Aujourd’hui, il veut faire de sa passion, un projet professionnel. Il est ambitieux, tenace et il aime ce sport, a à peine 19 ans, les récompenses se succèdent.

En 2012 il est champion du Maroc Junior, en 2015 il rafle la première place au Championnat d’Afrique qui a eu lieu au Sénégal. En 2016 il est premier à l’Euro junior, à l’Africa Tour, au championnat du Maroc open et au championnat du Maroc junior, il arrive en demi-finale dans la compétition internationale GroomSearch.
En 2017 il arrive 4e au Championnat du monde junior qui a eu lieu au Japon et ce n’est qu’un bref aperçu de son palmarès.  Il cesse les compétitions après une blessure qu’il l’a immobilisé plusieurs mois l’année dernière.

Ce fut un déclic pour lui, continuer dans de bonnes conditions ou tout stopper. L’appel de la mer a été plus fort et il est remonté sur sa planche.

À travers son parcours, il a su se créer une famille, une équipe qui croient en lui et ensemble, ont mis en place le plan #Boubker20192021.

Ils se sont donné comme objectif de participer à une dizaine de compétitions internationales par an et pour ce faire, ils lui ont instauré un programme intense; préparation technique, physique, matérielle et mentale.

Toutefois, les coûts des compétitions internationales sont exorbitants, c’est pour cela que Bob et toute son équipe ainsi que des associations ont organisé l’événement « sea party » prévu le 26 avril, au vintage à Dar Bouazza. Les tickets d’entrée s’élèvent à 150 dhs et ce sera l’occasion pour lui de lancer son projet et en partie de le financer. 

Les contenus liés

Les articles à la une