Plus de résultats
En ce moment
Rapport de PwC: ce que l'on retient de la réaction de la CAF
Football

Rapport de PwC: ce que l'on retient de la réaction de la CAF

2M.ma2M.ma

La Confédération africaine de football (CAF) a contesté vendredi "les allégations non fondées" du rapport du cabinet PwC, révélé dans la presse internationale, qui dénonçait des irrégularités financières de l'ordre de "dizaines de millions de dollars".

"Le Comité exécutif conteste les allégations non fondées contenues dans ce rapport", a écrit l'instance depuis Doha, où se tenait dans la soirée la Supercoupe d'Afrique.

Un article de l'agence AP, publié samedi dernier, avait mis en lumière les mauvaises pratiques des dirigeants de la CAF, brossées par une étude de PwC portant sur la période 2015-2019.

Une partie des fonds destinés au développement du football sur le continent a été, notamment, utilisée pour "l'achat de cadeaux et, au moins une fois, pour l'organisation de funérailles", selon le support. D'autres supports nationaux avaient par ailleurs fait le lien avec les funérailles du père du joueur maroco-néerlandais, Mohamed Ihatarren, décédé pendant l'été, prises en charge par la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Ces supports avaient repris des rumeurs publiées  par, Fifa colonialism, dont le propriétaire n'est que le Libérien Musa Bility, membre du comité exécutif de la CAF, suspendu par la FIFA en juillet 2019, de toute activité liée au football, "coupable d’avoir détourné des fonds de la FIFA, d’avoir tiré des bénéfices, et s’est retrouvé dans une situation de conflits d’intérêts, et ce en violation ave le Code d’éthique de la FIFA". Musa, adversaire du Maroc au sein des instances de la CAF, est engagé depuis sa suspension par la FIFA, dans une guerre médiatique contre le président Ahmad Ahmad et notamment la présence marocaine dans l'instance africaine de football, comme l'expliquait 2m.ma dans un ancien article. 


Dans sa réaction, la CAF elle-même a justifié son aide financière pour les funérailles de personnes "ayant servi le football africain". "Il s'agit d'actes de solidarité en faveur de familles de personnes ayant servi le football africain dont la famille de feu Hussein Swaleh (anciennement engagé à la Fédération kényane de football et à la CAF), décédé de retour de mission dans le crash d'un avion", a écrit l'organisation basée au Caire, ce qui dément catégoriquement les allégations de Fifa Colonialism. 

Si Fifa Colonialism a accusé également Said Naciri, président du Wydad, d'avoir offert un appartement et une voiture Bentley à Ahmad Ahmad, président de la CAF, le document de l'audit, consulté par 2M.ma, n'évoque en aucun cas le patron du club casablancais. 


 

Les contenus liés

Les articles à la une