Plus de résultats
En ce moment
La diplomatie neutre du Maroc lui confère un rôle de médiation dans la résoluti…
Diplomatie

La diplomatie neutre du Maroc lui confère un rôle de médiation dans la résolution des conflits (conférencier)

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

 La diplomatie du Maroc, neutre, séculaire et indépendante lui confère par excellence un rôle de médiation dans la résolution des conflits régionaux et internationaux, a souligné, jeudi 27 à Rabat, le président du Club diplomatique marocain, Taieb Chaoudri.

La dimension maghrébine, arabe et africaine de la politique étrangère du Maroc, ainsi que son positionnement géographique stratégique, sa stabilité politique, sa diplomatie séculaire neutre et indépendante respectant les principes du bon voisinage et de non-ingérence dans les affaires intérieures de ses voisins et de ses alliés dans la région, lui confèrent par excellence un rôle de médiation dans la résolution des conflits régionaux et internationaux, a indiqué M. Chaoudri qui intervenait lors d'une conférence sur "Les fluctuations des rapports de force au Moyen-Orient et au Grand-Maghreb à l'horizon 2020".

Cela lui permet également de "contribuer avec clairvoyance à surpasser les problèmes communs qui menacent la sécurité, la stabilité et le développement au Moyen-Orient et au Grand-Maghreb, tels que le terrorisme, l'extrémisme, l'immigration illégale, le trafic de drogues et la traite des êtres humains, ainsi que d'autres fléaux vécus dans la région", a-t-il-relevé.

M. Chaoudri a, en outre, affirmé que les crises de cette région, notamment celles survenues suite aux guerres entre les parties en conflit dans le même pays, sont devenues des guerres civiles, notamment en Syrie et en Libye, relevant que ces crises exigent le recours au dialogue pour régler les conflits régionaux.

Les peuples de la région s'accrochent pour préserver leur identité et aspirent à atteindre l'unité, la solidarité et la stabilité, loin des interventions étrangères, a-t-il poursuivi, notant que cette aspiration puise dans l'histoire et l'avenir commun de la région, qui est et restera un grand défi pour retrouver sa renaissance en tant que force active et influente dans son environnement régional et international.

Par ailleurs, le président du Club diplomatique marocain a indiqué que l'organisation de cette rencontre intervient dans le contexte des événements et des changements politiques rapides "que connaît notre environnement arabe, oriental et occidental", en plus de ses répercussions politiques, économiques et sociales qui détermineront l'avenir politique de la région, la destinée de ses peuples et les orientations de ses institutions étatiques.

Pour sa part, le professeur des relations internationales et des règlements de conflits à l'université George-Mason à Washington, Mohamed Cherkaoui, a évoqué les multiples paradoxes qui existent au niveau des relations internationales, citant à cet égard les nombreux conflits que connaissent les régions du Moyen-Orient, du Proche-Orient et du Grand Maghreb, notamment les crises syrienne et libyenne.

Il a, en outre, indiqué que les relations internationales se caractérisent, dans certaines régions, par une flexibilité, mais dans d'autres par un recours excessif à la force.

A cet égard, M. Cherkaoui s'est interrogé si "une compréhension de l'équilibre des forces existe-t-il dans certains pays du Moyen-Orient, du Proche-Orient et du grand Maghreb ?" et si "ces pays contribuent-ils à dessiner cet équilibre ?".

Cette conférence, qui s'inscrit dans le cadre d'une série de conférences et d'activités organisées par le Club diplomatique marocain avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, a été marquée par la présence de plusieurs ambassadeurs accrédités dans le Royaume.

 

Les contenus liés

Les articles à la une