Plus de résultats
En ce moment
L'UE aspire à réformer sa politique migratoire à travers le Pacte sur la migrat…
Migration

L'UE aspire à réformer sa politique migratoire à travers le Pacte sur la migration et l'asile

2M.ma2M.ma

A travers le Pacte européen sur la migration et l’asile, la Commission Européenne aspire à réformer la politique migratoire de l’Union Européenne en « modifiant en profondeur le système de Dublin » et en régissant les demandes d’asile dans l’Union.

Après plusieurs reports, le vice-président de la Commission en charge des migrations, Margaritis Schinas, a présenté lors d’une conférence de presse tenue le 23 septembre le pacte sur la migration et l’asile. Un texte qui vise, selon lui, à réformer la politique en la matière et à travers lequel l’Union Européenne « recherche un compromis entre certaines visions opposées, des pays membres ».

En effet, d’après la Commission, ce pacte a pour but de rendre les Etats membres plus solidaires les uns des autres et ce dans le but d’éviter la concentration des populations immigrées dans certains pays et pas dans d’autres.

Par ailleurs, ce document vise à lutter contre l’immigration illégale et accélérer la reconduction des personnes en situation irrégulière, en plus de décriminaliser les sauvetages en mer.

Pour rappel, la présentation de ce Pacte annoncé il y a un an, intervient quelques semaines après le discours de la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, où elle a exprimé l’intention de la commission de revoir le règlement du Dublin, responsable d’examiner les demandes d’asile, qui concrétise, selon elle, les tensions entre les pays membres, et qui est jugé inégalitaire par l’Italie, la Grèce ou encore Malte.

Cependant, le Pacte présenté par le vice-président de la Commission, ne renonce pas à la règle de base du Dublin, qui consiste au traitement du dossier du demandeur d’asile par le pays enregistrant l’arrivée sur le sol européen, et ajoute seulement de nouveaux critères comme les diplômes ou l’intérêt de l’enfant.

Ainsi, le pacte ambitionne d’harmoniser les conditions d’accès au statut de réfugié et revoit les conditions de vie minimales, à savoir le logement, l’accès au marché du travail et l’accès aux soins, entre autres.

Dans ce sens, la Commission Européenne met en avant son intention de mettre en place une Agence Européenne pour l’Asile qui aura pour but d’organiser l’accueil, le traitement des demandes ainsi que le retour des migrants dans le territoire européen.

A noter que les propositions présentées par la Commission européenne attendent d’être discutées par le Conseil et le Parlement européens qui pourraient ainsi en débattre d'ici la fin de l'année 2020, pour une éventuelle entrée en vigueur du Pacte en 2022.

Les contenus liés

Les articles à la une