Plus de résultats
En ce moment
L'ONU réitère sa détermination à lutter contre les causes profondes du terroris…
Sahel

L'ONU réitère sa détermination à lutter contre les causes profondes du terrorisme au Sahel

2M.ma/Map2M.ma/Map

Le Secrétaire général adjoint des Nations-Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a réitéré, mercredi devant le Conseil de sécurité, la détermination de cette organisation à travailler avec tous ses partenaires pour lutter contre les causes profondes du terrorisme, de l'instabilité et de la violence au Mali et dans la région du Sahel.

« La situation sécuritaire au Mali et dans l'ensemble de la région du Sahel se détériore à un rythme alarmant », a alerté Lacroix, lors d’une réunion du Conseil consacrée à la situation dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Le chef des opérations de paix de l’ONU a indiqué aux membres du Conseil que les groupes terroristes prolifèrent dans les régions de Ménaka et Gao, au Mali.

« Nous avons assisté à une augmentation des attaques d'engins explosifs improvisés contre nos convois, attaques qui ont occasionné plusieurs blessés chez les Casques bleus », a-t-il déploré, soulignant que ces incidents « se produisent presque quotidiennement ».

« Le terrorisme continue d'alimenter la violence intercommunautaire dans le centre du Mali », a-t-il encore alerté, précisant que l’on compte actuellement plus de personnes déplacées souffrant de la faim dans la région de Mopti que par le passé.

Devant les membres du Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint a rappelé que la MINUSMA « n'est qu'un élément d'une réponse collective plus large » pour lutter contre l'instabilité et la violence et leurs causes profondes au Mali et dans la région du Sahel et pour protéger les civils.

« Nous sommes encouragés par l'engagement ferme exprimé par les chefs d'Etat des pays du G-5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) de lutter contre le terrorisme au Mali et dans la région du Sahel avec d'autres présences internationales à leurs côtés », a dit Lacroix en référence à la déclaration conjointe faite lundi à Pau, en France, par les présidents des cinq pays sahéliens lors d’une rencontre organisée par le Président français.

« Les forces nationales et internationales jouent un rôle essentiel et leur contribution reste essentielle, même si une solution militaire à elle seule ne sera pas suffisante pour résoudre les problèmes auxquels le Mali est confronté », a-t-il conclu.



 

Les contenus liés

Les articles à la une