Plus de résultats
En ce moment
Les joueurs de l'équipe nationale veulent qu'Hervé Renard reste à leur tête, se…
Football

Les joueurs de l'équipe nationale veulent qu'Hervé Renard reste à leur tête, selon Ghannem Saiss

2M.ma2M.ma

Les joueurs de la sélection nationale veulent qu’Hervé Renard reste à leur tête, a affirmé l’international marocain Ghannem Saiss dans une interview accordée à France Football où il évoque avec beaucoup d’émotion l’élimination prématurée du Maroc de la Coupe d’Afrique des Nations.

Pour Ghannem Saiss, Hervé Renard a fait de belles choses. « N'importe quel joueur de l'équipe vous dira qu'il faut qu'il reste et qu'il continue. Il y a une nouvelle génération qui arrive, avec beaucoup de talents. C'est un nouveau cycle qui démarre. Et lui, avec la génération actuelle, il a su incorporer beaucoup de jeunes au fur et à mesure pour donner une bonne mayonnaise », a-t-il dit avant d’ajouter : « Après, il faut surtout savoir ce que lui a envie ».

Interrogé sur la timide prestation de Hakim Ziyech, Saiss estime que ce dernier était très fatigué à cause de sa longue saison avec l’Ajax. « Avec son club, il a rarement été mis au repos. Je voyais qu'il était fatigué dans ses mouvements. C'était sa première CAN, en plein été. On a quand même joué des matches où il faisait 37 ou 38 degrés, sans pause fraîcheur », a-t-il expliqué.

Selon Saiss, les jours qui ont suivi l’élimination des Lions de l’Atlas en huitièmes de finale face au Bénin étaient très durs. « Difficile de trouver le sommeil, les nuits étaient courtes. J'espère que les deux semaines de vacances avant la reprise vont me permettre de passer facilement à autre chose. Quand tu es en famille, tu arrives à relativiser, malgré le fait que ce soit un échec. Car c'est un échec, il faut le dire », a-t-il regretté.

Saiss affirme avoir eu honte après la disqualification prématurée du Maroc. « On aspirait à aller très loin dans cette compétition. Et sans manquer de respect au Bénin, quand tu te fais sortir par cette équipe alors que tu avais la possibilité d'aller loin, c'est rageant. Les gens nous en auraient moins voulu si on avait perdu contre le Sénégal ou l'Algérie. Là, face au Bénin, on était supposés être au-dessus. Mais comme je l'avais dit avant le match, cela ne fait pas tout et il ne fallait pas prendre cette rencontre de haut et penser que ça allait être facile, sinon on allait passer au travers », a-t-il déploré.

Concernant l’ambiance au sein du groupe, le défenseur de Wolverhampton affirme que le groupe vivait bien. « Beaucoup laissaient sous-entendre que le clan des joueurs "européens-français" avait le contrôle sur la sélection. J'ai envie de dire à ces gens-là d'aller poser la question aux joueurs qui évoluent au Maroc, aux Pays-Bas, qui ne sont pas "français" d'origine pour savoir comment était le groupe », a-t-il dit.

S’agissant de la polémique autour de Fayçal Fajr qui a éclaté après le match amical Maroc-Gambie, Saiss affirme que c’est « un faux problème ». « Fayçal est un joueur qui aime profondément son pays, il est toujours prêt à tout donner. On a dit qu'il n'avait pas voulu laisser tirer un penalty. Le coach avait établi une liste de tireurs de penalty à chaque match. Ensuite, c'est à nous de respecter cette hiérarchie. Fayçal était le numéro un sur la liste, donc il a naturellement pris le ballon pour tirer. On a commencé à en faire toute une histoire», a-t-il encore déploré.

Pour Saiss, c'est l'état d'esprit que l’équipe a maintenant depuis quelques années qui fait que le Maroc est arrivé à réaliser de belles choses car tout le monde tirait dans le même sens. « Là, sur cette CAN, il a manqué quelque chose... Ce sera très important de bien analyser ce qu'il s'est passé pour ensuite arriver à la prochaine avec de meilleures intentions », a-t-il estimé.

Les contenus liés

Les articles à la une