Plus de résultats
En ce moment
Les experts du réseau francophone "Profamille" en conclave à Marrakech
Santé

Les experts du réseau francophone "Profamille" en conclave à Marrakech

2M.ma avec MAP2M.ma avec MAP

Le 20ème congrès annuel du Réseau francophone "Profamille" a entamé, jeudi, ses travaux à Marrakech avec la participation de plus de 150 experts et spécialistes venus de plusieurs pays francophones.

Initiée par l'Association Chams Tansfit pour la Santé mentale en partenariat avec l’Association SILA pour la Santé mentale (Rabat), le CHU Mohammed VI et l’hôpital psychiatrique Ibn Nafis, sous le thème "Programme Profamille : un projet d’alliance soignant-famille", cette rencontre de deux jours se veut un espace idoine pour aborder les difficultés rencontrées par les équipes dudit programme et les pistes pour les contourner, ainsi que pour faire le point sur la diffusion de ce programme.

Ce conclave, qui se tient sous l’égide du ministère de la Santé et de l’Association mondiale de Psychiatrie sociale (WASP), constitue également l’occasion pour une formation continue à plusieurs niveaux, à travers le partage d’expériences, les bilans d’évaluation et les ateliers spécifiques de formation.

Cette réunion annuelle constitue aussi une garantie de la qualité et de l’homogénéisation de la délivrance du programme par la mise en œuvre des pratiques et le partage d’expériences et d'expertises.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, la présidente de l’Association Chams Tansift, Mme Aicha Belarbi s’est félicitée de l’organisation dans le Royaume de cet événement qui connaît la participation d’experts et de spécialistes marocains et leurs homologues venus de France, de Suisse, de Belgique, de la Principauté de Monaco et du Canada, rappelant que la cité ocre avait abrité ce congrès en 2011.

Mme Belarbi a, en outre, mis en exergue la valeur scientifique importante de ce congrès, soulignant que le Maroc est le premier pays africain et arabe à avoir mis en oeuvre ce programme depuis 2009.

Elle a, dans la foulée, fait part de son vœu de voir les travaux de ce conclave sanctionnés par des recommandations à même de donner une nouvelle impulsion aux équipes animatrices de ce programme et de permettre de travailler à long terme avec les familles des patients.

De son côté, la présidente de l’association SILA, Mme Myriam Hirawi, a expliqué que le programme "Profamille" est un programme canadien à la base avant d’être pratiqué en France, en Suisse et en Belgique et dans d'autres pays francophones.

Il s’agit d’un programme de formation des familles en tant que partie qui souffre le plus en cas d’atteinte d’un proche de troubles psychiatriques, ce qui nécessite une prise en charge, a-t-elle poursuivi.

"C’est une prise en charge très particulière, d’où la nécessité d’une formation pour mieux l’assurer et comprendre, accepter et mieux gérer la maladie", a enchaîné Mme Hirawi, mettant en relief l'important apport de ce programme, les malades des familles bénéficiaires de cette formation ayant eu 50% de moins de rechutes au cours de leur vie.

Initialement développé au Québec, "Profamille" se veut un programme psycho-éducatif structuré, destiné aux proches d’un malade souffrant de troubles schizophréniques et apparentés.

Le Réseau "Profamille" regroupe l’ensemble des équipes qui proposent ce programme. Aujourd'hui, le Réseau compte plus de 65 équipes sur le territoire français, et plus de 70 équipes dans l’ensemble des pays francophones.

En proposant un programme sur deux ans, permettant d’accompagner les proches des malades atteints de schizophrénie, en leur donnant les clés pour mieux comprendre la maladie et leurs proches, le Réseau "Profamille" permet aux aidants familiaux de mieux réagir face à la maladie et mieux accompagner leur proche malade.

Actuellement de loin le plus utilisé dans le monde francophone et le seul à bénéficier d’une validation scientifique internationale, "Profamille" fait l’objet d’évaluations régulières et son efficacité est démontrée.

Il réduit les ré-hospitalisations des malades, favorise leur accès à l’emploi et améliore la qualité de vie et la santé des familles.

En outre, de récentes analyses montrent l’impact du suivi du programme "Profamille" sur le nombre de tentatives de suicides des malades.
 

Les contenus liés

Les articles à la une