Plus de résultats
En ce moment
Les enseignants contractuels boycottent la deuxième séance de dialogue avec le …
Enseignement

Les enseignants contractuels boycottent la deuxième séance de dialogue avec le ministre de tutelle

2M.ma2M.ma
Modifié le

Le bras de fer se poursuit entre les  enseignants-cadres des académies et le ministère de l'éducation.  La Coordination Nationale des Enseignants contractuels  (CNECC) vient d'annoncer le boycott de la deuxième séance de dialogue initialement prévue  ce jeudi 23 mai avec le ministre de tutelle. Rabiî El Garaî, coordinateur de la région Casablanca-Settat pointe du doigt le "désengagement" du ministère de tutelle.

Dans une déclaration accordée à 2M.ma, Rabiî El Garaî, coordinateur de CNECC au niveau de la région Casablanca-Settat dénonce la  rétraction du gouvernement à émettre une circulaire tenant compte des résultats de la précédente réunion du 13 avril avec les représentants des cinq syndicats les plus représentatifs du secteur de l’enseignement (FNE, UMT, CDT, UGTM ET FDT), où le département de Saaid Amzazi s’était engagé à suspendre toutes les mesures administratives et juridiques prises à l’encontre de certains enseignants en cas de retour en classe et de reprise des cours dans les différents établissements. 

Le ministre de tutelle aurait, selon la même source, exprimé son engagement lors de sa dernière réunion avec la coordination le 10 mai courant, à émettre la circulaire susmentionnée. "Treize jours après, aucun communiqué officiel n’a été émis appelant au respect des engagements du 13 avril ce qui gèle les mesures prises à l’encontre de certains enseignants", précise l'enseignant. 

La présence de la coordination à la deuxième réunion avec la tutelle devient de ce fait subordonnée à la publication de la note ministérielle appelant au respect des engagements du 13 avril. Le conseil national de la coordination devra incessamment statuer sur le sujet, poursuit M. El Garaî.

Rappelons que les enseignants contraints à contracter revendiquent principalement l’intégration de l’ensemble des enseignants-cadres des académies au statut général de la fonction publique et rejettent le recrutement régional. 

Les contenus liés

Les articles à la une