Plus de résultats
En ce moment
Le récap' foot du week-end (Vidéos)
Football

Le récap' foot du week-end (Vidéos)

DR
2M.ma avec agences2M.ma avec agences

Liga, Premier League, Série A, Bundesliga mais également la Botola, la planète foot était assez mouvementée durant cette fin de semaine. Voici le récap' foot du week-end écoulé. 

Botola: le Raja garde le Cap 

Le Raja Casablanca s'est imposé (3-1), dimanche soir, contre son visiteur le DHJ, dans un match comptant pour la 24e journée de la Botola, une victoire qui permet de garder un point d'avance devant le Wydad Casablanca, deuxième avec 47 points, après avoir battu (1-2), la même soirée, sur la pelouse de la Renaissance de Zemamra, quelques jours avant un derby chaud bouillant devant opposer les deux clubs rivaux, jeudi prochain. 

Allemagne: Le Bayern costaud... très costaud ! 

Le Bayern Munich a envoyé vendredi en ouverture de la Bundesliga un message glaçant pour tous ses futurs adversaires, allemands et européens, en dynamitant Schalke 8-0, avec un triplé de Serge Gnabry. Alors même que la plupart des équipes sont encore en rodage, le Bayern a donné l'impression d'être déjà à son meilleur niveau.


Ce match d'ouverture, disputé à huis clos en raison d'une résurgence du coronavirus en Bavière, a parfois ressemblé à un entraînement. A la pause, le Bayern avait tiré douze fois au but, cadré six fois, et inscrit 3 buts. Manuel Neuer, dans les buts du Bayern, n'avait eu qu'un seul arrêt à effectuer, à la première minute.

Premier League: Les Reds matent Chelsea 

Un carton rouge, une bourde de Kepa, un penalty raté, c'était trop pour que Chelsea, encore en rodage et sans Hakim Ziyech, puisse concurrencer Liverpool qui s'est imposé en patron (2-0), à Stamford Bridge, dimanche, lors de la 2e journée de Premier League.

Avec 6 points en deux matches, Liverpool rejoint l'autre club de sa ville, Everton, mais aussi les Londoniens d'Arsenal et de Crystal Palace en tête, alors que Chelsea est 10e avec 3 points.

Les Blues avaient encore choisi de titulariser leurs deux recrues allemandes, Timo Werner et Kaï Havertz en attaque, mais leur intégration prendra du temps. Jürgen Klopp, de son côté, avait aligné un onze qui aurait pu débuter la saison dernière et sûr de son fait.

Privé de Joe Gomez et de Joel Matip dans l'axe de la défense, il avait choisi de faire confiance à Fabinho aux côtés de Virgil van Dijk. Choix payant puisque le Brésilien a totalement éteint Werner, remuant mais qui n'a jamais trouvé de décalage.

Série A: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo

Pour les débuts d'Andrea Pirlo comme entraîneur, la Juventus a parfaitement lancé la conquête de son 10e titre consécutif de championne d'Italie en dominant facilement la Sampdoria (3-0) dimanche lors de la 1re journée de Serie A.

La Juve, devant un petit millier de spectateurs en ce jour de réouverture symbolique des stades de Serie A après environ sept mois de fermeture, avait ouvert la marque rapidement par Dejan Kulusevski (13e) avant d'alourdir le score dans le dernier quart d'heure par Leonardo Bonucci (78e) puis Cristiano Ronaldo (88e).

Pirlo, propulsé entraîneur de la Juve pour sa toute première expérience sur le banc, ne pouvait espérer meilleure mise sur orbite. Lui qui, avec son pedigree de joueur élégant et doté de la culture de la gagne, a été choisi pour concrétiser les promesses de beau jeu non tenues l'an dernier avec Maurizio Sarri.

C'est face au doyen des entraîneurs du championnat, Claudio Ranieri, que le débutant passait son premier examen pratique, quelques jours seulement après avoir officiellement validé son diplôme d'entraîneur avec une thèse promouvant "un football total et collectif".

Et force est de reconnaître que, malgré le peu d'entraînement dans les jambes, la Juve a trouvé ce mouvement et cet enthousiasme qui, souvent, lui a manqué la saison dernière.

 

Liga: le Real Madrid manque sa rentrée

Rentrée ratée: pour son premier match de la saison, le Real Madrid, champion en titre, a concédé le nul 0-0 dimanche chez la Real Sociedad pour la 2e journée du championnat d'Espagne, dans le sillage d'un Martin Odegaard très timide.

La couronne vacille-t-elle déjà ? Après avoir refermé le championnat 2019-2020 en mode boulet de canon avec 10 victoires et un nul en onze matches post-confinement, le champion en titre n'a pas été au rendez-vous de la rentrée à Saint-Sébastien.

Parmi tous les Madrilènes, celui qui avait le meilleur mot d'excuse était Martin Odegaard. Ce devait être une soirée de rêve pour le prodige norvégien (21 ans), qui revenait sur le terrain où tout lui a souri la saison passée, durant laquelle il y était prêté. Mais, cette fois vêtu de blanc, dans le sillage d'un Real Madrid essoufflé en deuxième période, "Martintxo", comme il est surnommé par les supporters basques, n'est pas parvenu à créer des différences.

Les contenus liés

Les articles à la une