Plus de résultats
En ce moment
Elève frappée par son enseignant à Taroudant, les précisions de la Direction ré…
Faits divers

Elève frappée par son enseignant à Taroudant, les précisions de la Direction régionale du ministère de l'éducation

.
2M.ma2M.ma

Conformément à ce qui a été véhiculé sur les réseaux sociaux, un acteur associatif basé à Taroudant a affirmé à 2M.ma qu’une élève du Groupe scolaire Aourir dans la localité de Boumrar dans la région de Taroudant a été violemment frappée par son enseignant.


Un enseignant du Groupe scolaire Aourir, dans la région de Taroudant, est accusé d'avoir frappé l'une de ses élève. La victime a présenté des bleus au niveau de ses yeux. L’incident  a suscité la colère des Marocains sur les réseaux sociaux. Une source de 2M.ma soupçonne l'implication de l'enseignant dans cette violence. "Une élève du Groupe scolaire Aourir dans la localité de Boumrar dans la région de Taroudant "a été violemment frappée par son enseignant", a affirmé à 2M.ma un acteur associatif basé à Taroudant.
 
Souffrant de plusieurs ecchymoses au niveau des yeux visibles sur les photos partagées sur les réseaux sociaux, cette élève en première année primaire n’est pas un cas isolé, ajoute cet acteur associatif, soulignant que "plusieurs de ses camardes ont elles aussi été tabassées par cet enseignant." 
 

L'enseignant nie catégoriquement les accusations portées contre lui, selon la Direction régionale du ministère de l'éducation nationale de Taroudant. Cette dernière a confirmé à 2M.ma que l'élève en question poursuit effectivement ses études au sein de l’établissement préalablement cité, notant que « l'enseignant nie catégoriquement les faits qui lui sont reprochés et qu’aucun cas de violence n’a été enregistré dans cet établissement ».


Selon la même source, une enquête a été ouverte parallèlement à celle menée par les éléments de la Gendarmerie royale sur la base d'une plainte déposée par la mère de l'élève contre l'enseignant. Ce dernier a lui aussi déposé une plainte accusant la mère de maltraiter sa fille, ajoute-t-on de même source.

Toujours selon la direction régionale du ministère de l’éducation, une commission éducative se rendra à l'établissement dans lequel l’élève en question poursuit ses études "afin d'écouter ses collègues et d'autres cadres éducatifs" pour mieux comprendre cette affaire.

Les contenus liés

Les articles à la une