Plus de résultats
En ce moment
Six académiciens au sein de Commission Spéciale sur le Modèle de Développement
Enseignement

Six académiciens au sein de Commission Spéciale sur le Modèle de Développement

2M.ma2M.ma

Leur expérience dans le domaine de la recherche académique sera un atout de taille dans la démarche qu'entreprendra la commission spéciale sur le modèle de développement, désignée par SM le Roi. Leur regard critique sur le Maroc et leur connaissance de la société marocaine seront en effet des indicateurs déterminants pour faire aboutir un modèle de développement juste, inclusif et innovant. Zoom sur les académiciens de la Commission. 

 

Abdellatif Miraoui

Abdellatif Miraoui est né le 13 janvier 1962 à Fkih Ben Salah.

Ancien Président de l'Université Cadi Ayyad à Marrakech et professeur des Universités à l'Université de Technologie de Belfort Montbéliard (UTBM)-France, Abdellatif Miraoui est titulaire d'un doctorat en électrotechnique à l’Université de Besançon et de DEA en génie électrique et informatique industrielle à l’Université de Mulhouse en France.
Il a exercé en tant que maître de conférences aux universités de Dijon et Besançon et a été nommé en 2011, président de l’Université à Marrakech.
 Abdellatif Miraoui, qui est également professeur à l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard en France (UTBM), est président de l’Agence Universitaire de la Francophonie et membre du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique. Il a contribué à la réalisation de plusieurs projets à l’Université Cadi Ayyad et à l’amélioration de la qualité des études au niveau des établissements relevant de cette université.

Lakbir Ouhajou

 Lakbir Ouhajou est un enseignant-chercheur en géographie à l'université d’Agadir et expert en développement territorial et des Oasis.

Ouhajou est titulaire d’un doctorat en géographie et aménagement du territoire de l’Université de Montpellier. Depuis 1991, il intervient comme consultant auprès de plusieurs acteurs locaux, nationaux et internationaux dans la zone des oasis et des montagnes du Sud dans plusieurs domaines tels que la participation et conduite des études en aménagement et développement territorial.


Ouhajou est actuellement conseiller technique de terrain dans la conduite des projets de l’Association Migration et Développement.

Ahmed Bounfour

Ahmed Bounfour est l'un des principaux experts internationaux du capital immatériel, de son pilotage et de sa valorisation.

Professeur des universités, fondateur et titulaire de la chaire européenne de l'immatériel, principale chaire internationale dédiée à l’immatériel, Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay, Ahmed Bounfour est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages sur le thème de l'immatériel et de l'innovation.

Dans le domaine des actifs incorporels, y compris des actifs numériques, Ahmed Bounfour mène des recherches dans le cadre d'une vaste réflexion sur la compétitivité, la création de valeur et le développement futur des systèmes socio-économiques. Ahmed Bounfour est chercheur invité sur les plateformes de l'innovation et du numérique, OCDE, et aussi, Directeur du Master sur la gestion du capital intellectuel, Université Paris-Saclay.

A ce titre, il a coordonné plusieurs tables rondes pour des gouvernements ou des fondations dans différents pays. Parmi celles-ci: table ronde avec le Premier ministre finlandais Matti Vanhanen (2007), la Fondation ONA (2008), le parlement autrichien (2009), PLF Fondation en Malaisie (2010, table ronde sous la présidence effective du Dr Mahatir).

Abdelhamid Bouchikhi

Abdelhamid Bouchikhi est né en 1959 à Ain Sfa (Province d'Oujda).

Expert en entrepreneuriat et innovation managériale, Abdelhamid Bouchikhi est doyen de Solbridge International School of Business basée à Daejeon en Corée du Sud et membre de l’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique.
Auparavant, il a été professeur à L’ESSEC où il a fondé et développé le centre d’entrepreneuriat et occupé différents postes de responsabilité.

Abdelhamid Bouchikhi a étudié à l'ISCAE et a effectué le service civil au ministère d’État Chargé de la Coopération avant de partir en France où il a préparé une thèse de doctorat en sciences de gestion au Centre de Recherche en Gestion de l’École Polytechnique et obtenu le titre de docteur de l’Université Paris Dauphine. Il a ensuite intégré le corps professoral de l’ESSEC.

Ses recherches s’inscrivent dans la théorie des organisations, l’entrepreneuriat et l’innovation managériale et ont donné lieu à la publication d’ouvrages et d’articles de revues académiques internationales.  Abdelhamid Bouchikhi intervient également auprès des entreprises en tant que formateur et consultant sur des questions de stratégie, management, innovation et conduite du changement.
De même, il a été professeur invité à l’Université Keio à Tokyo, à la Graduate School of Management de l’Université de Putra Malaysia et à la Wharton School de l’Université de Pennsylvanie.

Mohamed Amrani Boukhobza

Mohamed Amrani Boukhobza est né en 1970 à Fahs, Tanger.

Titulaire du doctorat en droit public à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Rabat-Agdal, Boukhobza a été maitre de conférences en 1999 à la faculté de droit de Tanger, où il a exercé en tant que professeur de l'enseignement supérieur. Il est actuellement doyen de la faculté de droit de Tétouan. Bouhkobza est également président du Centre marocain des études et des recherches sur la gouvernance locale à Tanger.

Hassan Rachik

Hassan Rachik est un anthropologue, sociologue et professeur à l'Université Hassan II de Casablanca.

Originaire de la ville de Taroudant, Rachik (54 ans), qui est titulaire d’une licence en sciences politiques et du diplôme des études supérieures en cette discipline à la faculté de droit de Casablanca (1981), a servi en qualité de maître-assistant au sein du même établissement universitaire, où il a obtenu en 1986, le doctorat d’Etat. Chercheur en anthropologie et en sociologie, Rachik exerce, également, en tant que professeur visiteur à l’école des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, à l’université "Saint Joseph" à Beyrouth et à l’Institute for the Study of Muslim Civilisations à Londres.


 



 

 

 

 

 

 

Les contenus liés

Les articles à la une